Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La dépouille d'une enfant de réfugiés accueillie dans la tombe familiale d'un couple d'Ardéchois

mardi 23 janvier 2018 à 2:50 - Mis à jour le mardi 23 janvier 2018 à 7:00 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Depuis le 15 janvier, Renéa repose entre le papa et la maman d'Eveline. Les parents de cette enfant mort-née sont des réfugiés. Ils n'avaient pas d'argent, ni de lieu pour organiser les obsèques.

Renéa repose désormais entre le papa et la maman d'Eveline
Renéa repose désormais entre le papa et la maman d'Eveline -

Mars, France

Eveline et Bernard font partie d'un réseau d'aide aux réfugiés à Saint-Agrève sur le plateau ardéchois. Ils ont été très touchés par la situation d'un jeune couple de réfugiés kosovars. Leur deuxième enfant est mort né. Impossible pour eux qui sont sans travail de financer des obsèques.    

Un geste d'humanité

Eveline et Bernard n'ont pas réfléchi très longtemps. Ils ont d'ailleurs eu la même idée en même temps. Proposer la tombe familiale dans le petit cimetière de Mars pour accueillir la dépouille du nourrisson. L'enfant a été inhumé entre le papa et la maman d'Eveline le 15 janvier. C'est "un geste de fraternité" explique Eveline qui ajoute qu'elle a une fille de 43 ans et que cette jeune maman désemparée, dans la douleur, ça aurait pu être sa petite-fille. 

Une histoire protestante

Eveline et Bernard le répète: ils n'ont pas fait cela parce qu'ils sont protestants. Et pourtant, à bien y regarder, cette histoire-là renvoie à une autre histoire bien plus ancienne. Sous l'Ancien Régime, les protestants n'avaient pas le droit d'être inhumés dans les cimetières des paroisses.  Ils étaient réservés aux catholiques. Les protestants étaient donc enterrés dans la propriété familiale. C'était aussi un moyen de protéger les corps car ils étaient parfois déterrés des cimetières et jetés sur des tas d'ordures.  Cette histoire, Eveline et Bernard la connaissent par coeur. Et même s'ils répètent qu'ils n'y ont pas pensé, ils reconnaissent volontiers que ça fait partie de leur histoire et qu'inconsciemment ça a fait partie de leur décision.