Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La députée de l'Oise, Agnès Thill, exclue de LREM pour ses propos sur la procréation médicalement assistée

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

La députée de la deuxième circonscription de l'Oise, Agnès Thill, a été exclue du parti La République en marche pour ses propos sur la PMA annoncé ce mercredi le parti présidentiel.

Agnès Thill, députée de l'Oise, exclue d'En Marche pour ses propos "pernicieux" sur la PMA.
Agnès Thill, députée de l'Oise, exclue d'En Marche pour ses propos "pernicieux" sur la PMA. © Maxppp - Dominique Touchart

Beauvais, France

Ses propos polémiques concernant le projet du gouvernement d'ouvrir la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes ont valu à Agnès Thill, députée de la deuxième circonscription de l'Oise, d'être exclue du parti La République en marche. C'est ce qu'annonce LREM dans un communiqué ce mercredi 26 juin 2019. "Ces propos sont préjudiciables à la cogésion du mouvement et nuisent à son image alors que l'ouverture de la PMA va faire l'objet dans les semaines qui viennent de débats à l'Assemblée nationale"

Mise en garde à février

La commission des conflits de LREM déplore "la fréquence et le caractère pernicieux" des propos tenus par la députée picarde. Engagée dans des combats ultra-conservateurs, Agnès Thill avait déjà reçu une mise en garde de son parti en février après avoir comparé la souffrance des femmes seules ayant recours à la PMA à celle de "drogués". Au début du mois de juin, dans une interviex publiée dans un magazine fondée par des personnalités de droite et d'extrême-droite, elle affirmait que la révisions des lois de bioéthique, qui prévoit l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, "restera dans l'histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l'éducation des enfants".