Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La députée Valéria Faure-Muntian visite la prison de La Talaudière : "C'est inadmissible"

lundi 22 janvier 2018 à 22:47 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

La députée Valéria Faure-Muntian (LREM) a visité ce lundi après-midi la prison de La Talaudière. En pleine mobilisation des surveillants pénitentiaires, elle tenait ainsi à marquer sa position : pour elle, il faut absolument construire une nouvelle prison dans la Loire.

Pour la députée La République en Marche de la Vallée du Gier, c'est non négociable : il faut une nouvelle prison dans le département.
Pour la députée La République en Marche de la Vallée du Gier, c'est non négociable : il faut une nouvelle prison dans le département. - Clause Essertel - Le Progrès

La Talaudière, France

La députée La République en Marche de la vallée du Gier, Valéria Faure-Muntian, a visité ce lundi après-midi la prison de La Talaudière. Une visite en pleine mobilisation des surveillants pénitentiaires, pour défendre sa position : pour elle, c'est non négociable, il faut un nouvel établissement pénitentiaire dans la Loire.  Un véritable serpent de mer, d'autant que le site trouvé pour accueillir la nouvelle prison à Saint-Bonnet-les-Oules est vivement contesté. Mais la prison de La Talaudière, mise en service en 1968, est vétuste. Elle a même risqué l'interdiction d'exploitation, car elle n'était pas aux normes de sécurité.

Un établissement surpeuplé

La visite commence par le greffe, beaucoup trop exigu : les énormes dossiers des prisonniers s'empilent, en équilibre au bord d'une table. Difficile de travailler correctement dans ces conditions, mais il n'y a pas le choix : "On s'y habitue forcément", confie le chef du service.  

On traverse ensuite une cour entourée de barbelés sur lesquels pendent des déchets, pour entrer dans le bâtiment A : trois étages - 144 places - mais surpeuplés : "Actuellement, on en a 202", explique la surveillante, "et j'ai 16 détenus sur le quartier arrivants, qui sont amenés à monter cette semaine. _Ça en fera 218_."

Un escalier en bois, le même depuis 1968

Ce bâtiment A, c'est le bâtiment historique, et c'est à croire qu'on n'a pas voulu toucher au décor d'origine : pour desservir les trois étages, un escalier en bois, inchangé depuis 1968. "C'est inadmissible", déplore Valéria Faure-Muntian, "c'est ce qui m'a le plus choquée : _si un feu se déclarait, personne n'aurait aucune chance._"

3,5 millions d'euros ont été investis pour mettre aux normes l'établissement : régler la question de la sécurité incendie entre autres, mais aussi rénover tout le réseau d'eau. Avant les travaux terminés en décembre 2016, les détenus n'avaient pas d'eau chaude dans leur cellule.  Pour le directeur Xavier Villeroy, la prison de la Talaudière peut certes fonctionner, mais de justesse, en attendant un nouvel établissement pénitentiaire.