Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La deuxième marche solidaire pour les migrants en route vers Calais

-
Par , France Bleu, France Bleu Nord, France Bleu Azur

La deuxième marche solidaire pour les migrants a quitté ce dimanche matin Vintimille, près de la frontière franco-italienne pour rallier la ville de Calais le 8 mai prochain. Organisée par l'association l'Auberge des migrants, elle a pour but de dénoncer les blocages des frontières.

L"arrivée de la première marche solidaire des migrants à Calais le 7 juillet 2018
L"arrivée de la première marche solidaire des migrants à Calais le 7 juillet 2018 © Maxppp - Johan Ben Azzouz

La deuxième édition de la marche solidaire pour les migrants, organisée par l’association l’Auberge des migrants, est partie de Vintimille, près de la frontière franco-italienne, ce dimanche 28 avril. Elle doit rejoindre Calais d'ici dix jours, le 8 mai  2019, après une trentaine d'étape à travers la France. 

3.000 personnes participent à cette deuxième édition baptisée « relais solidaire contre la montre » pour dénoncer le blocage des frontières en Europe et prôner un meilleur accueil des réfugiés. 

Les blocages des frontières, une illusion

« Ces blocages de frontières sont une illusion », explique François Guennoc, vice-président de l’association l’Auberge des Migrants, « On veut faire croire à l'opinion publique qu'il est possible d'empêcher les gens de traverser les frontières et de demander l'asile, comme ils en ont le droit »

Les frontières sont toujours plus protégées. « A Calais, il y a de plus en plus de grillages, de murs, de drones, de contrôles et en définitive, ça freine les passages mais ça ne les empêche pas totalement. Et tout ça coûte extrêmement cher », dénonce François Guennoc. 

1.400 km parcourus en 2018

L’an dernier, la première édition de la marche solidaire était partie le 30 avril de Vintimille. Elle avait traversé la France en un peu plus de deux mois avant d'atteindre la ville de Calais le 7 juillet après avoir parcouru au total 1.400 kilomètres.  

La marche solidaire pour les migrants avaient poursuivi le lendemain jusqu'à Londres. Mais vingt-quatre migrants n'avaient pas pu traverser la Manche. Il avaient été arrêtés au port de Calais alors que leur car allait embarquer pour l'Angleterre dans un car-ferry et ils avaient été placés dans un centre de rétention.