Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Dordogne compte désormais moins de 20 000 chasseurs

mercredi 5 septembre 2018 à 15:52 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

La barre symbolique a été franchie cette année. 19928 permis ont été validés en Dordogne lors de la saison 2017/2018, contre plus de 20 270 la saison précédente. Les campagnes se vident, et c'est là que se trouvaient les chasseurs.

19928 permis de chasse ont été validés l'année dernière en Dordogne (photo d'illustration)
19928 permis de chasse ont été validés l'année dernière en Dordogne (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

L'ouverture générale de la chasse aura lieu dimanche matin à 8 heures en Dordogne. Pour la première fois, ils seront moins de 20 000 à traquer le lapin ou le chevreuil. 19 928 permis ont été validés la saison dernière, dont 315 nouveaux chasseurs. Le Périgord comptait 20 270 chasseurs l'année précédente.

Les agriculteurs ne chassent plus

"Cette baisse du nombre de chasseurs, on la constate dans tout le pays" regrette Michel Amblard, le président de la fédération départementale des chasseurs de Dordogne. Les campagnes se vident et c'est là que se trouvaient les chasseurs. Autrefois, dans les communes rurales, 80% des chasseurs étaient des agriculteurs ou des parents d'agriculteurs. Le nombre de chasseurs s'est réduit avec le nombre de fermes. Tous les ans on a plus de nouveaux chasseurs qui arrivent. On a augmenté de 40% le nombre de jeunes retraités ou de jeunes chasseurs. Mais cela ne compense pas l'érosion démographique dans les campagnes". 

"Les agriculteurs n'ont plus du tout la même façon de vivre dans la campagne" poursuit Michel Amblard. "La chasse ne les intéresse plus. Ils sont pourtant les premières victimes des dégâts, et les mieux placés pour repérer le gibier et faire de la régulation".