Société

La drogue de plus en plus banalisée dans les lycées du Limousin

Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin lundi 11 janvier 2016 à 4:33

consommateur de cannabis
consommateur de cannabis © Maxppp - Remi WAFFLART

L'usage de stupéfiants dans les lycées a doublé ces 3 dernières années, d'après une enquête du ministère de l'Education nationale sur les incidents constatés en milieu scolaire. La drogue arrive loin derrière les violences verbales mais elle progresse, et le Limousin n'est pas en reste.

Dans l'académie de Limoges la secrétaire  du SNICS- FSU , le syndicat des infirmiers et conseillers de santé est formelle . Pour Laurence Teyssere, qui est aussi infirmière scolaire dans deux lycées du Limousin,  l'usage de stupéfiants est de plus en plus fréquent . C'est le constat qu'elle fait depuis 4 ans avec ses collègues des autres établissements. Ce sont  le plus souvent des élèves qui consomment du cannabis 

Le problème c'est que le phénomène se banalise.

Laurence Teyssere explique que certains lycéens arrivent parfois en cours sous l'emprise de stupéfiants , chose qu'elle ne voyait quasiment pas il y a quelques années .  " _Ils arrivent avec les yeux rouges , soit excités soit au contraire complètement  amorphes"  _explique t-elle encore et ce sont parfois les professeurs ou la vie scolaire qui lui envoient ces élèves.  Difficile de faire face ajoute Laurence Teyssere car c'est une situation qui devient presque banale dans les discours y compris chez certains adultes .  Elle tente pourtant d'expliquer aux élèves les conséquences  que les stupéfiants entraînent  pour la santé et  la vie sociale avant de les orienter  vers les services de santé adéquats . 

Des lycéens de Limoges témoignent : ils ont 16 et 17 ans et affirment pouvoir se fournir facilement  

Des lycéens de limoges avouent consommer du cannabis

Des opérations de prévention sont néanmoins menées dans les établissements , la police de Limoges est  intervenue à 95 reprises l'an dernier à la demande  des chefs d'établissement dans les collèges et les lycées pour dialoguer avec quelques 2300 jeunes  et leur rappeler les risques pour leur vie  et les sanctions.  Un simple usage de stupéfiants est passible d'une peine d'un an de prison et 3750 euros.

Partager sur :