Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La faculté de Perpignan lance sa chasse aux "fantômes"

-
Par , France Bleu Roussillon

La faculté de Perpignan a décidé d'empêcher le redoublement de certains étudiants dans quatre filières où les places sont limitées. Son but : écarter les jeunes qui ne viennent que pour bénéficier des bourses universitaires.

Université de Perpignan
Université de Perpignan © Maxppp

On les appelle les "étudiants fantômes". Ils hantent les couloirs en attendant de signer la feuille de présence. Leur objectif : prouver qu'ils viennent en cours et aux examens pour pouvoir bénéficier des bourses universitaires. Quitte à décrocher dès les premières minutes. Mais, dans certaines filières, la place est limitée. L'université de Perpignan a donc décidé de rendre impossible le redoublement dans certaines filières pour ceux qui auraient moins de 6/20 de moyenne en fin d'année. Ces étudiants seraient exclus, façon de réserver les places aux plus motivées.Avec la montée du chômage, de plus en plus de jeunes se tournent vers les bourses universitaires, à défaut de salaire. Mais, à Perpignan, si le projet de l'univesrité aboutit, plus de deuxième "première année" possible, donc, en Sociologie, en IAE (Institut d'Administration des Entreprises), en STAPS (les sports) ou en AES (Administration économique et sociale).

L'UNEF dénonce la mesure : le syndicat étudiant estime qu'empêcher le redoublement en dessous de 6/20 risque de pénaliser les étudiants rencontrant des difficultés exceptionnelles, et stigmatiser les boursiers. L'UNEF estime, par ailleurs, que les étudiants touchés par la mesure risquent tout simplement d'aller s'inscrire dans une autre filière. Le syndicat précise également que les boursiers n'ont pas le droit de redoubler plus de deux fois d'affilée, sous peine de se voir retirer l'aide financière.

Concernant le projet de l'université de Perpignan, rien n'est encore défintif : en 2012 la faculté de Paris 2 - Assas a essayé d'appliquer une mesure similaire. Le ministère de l'Enseignement supérieur s'y est opposé, au nom du droit de tous à accéder à l'université.

Pascale Amiot est vice-présidente de l'Université de Perpignan:

Pascale Amiot, invitée de France Bleu Roussillon

Thomas le Ster est responsable de l'Unef à Perpignan

Redoublement étudiants SON

Choix de la station

À venir dansDanssecondess