Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La FCPE, fédération de parents d'élèves, veut visiter chaque établissement scolaire avant la reprise des cours

La FCPE en Centre Val-de-Loire pose ses conditions avant la réouverture des écoles, collèges, lycées, programmée à partir du 11 mai. La fédération de parents d'élèves demande à visiter chaque établissement scolaire pour vérifier le respect des règles sanitaires et veut l'ouverture des cantines.

Parents d'élèves consultant une affiche de prévention face au coronavirus
Parents d'élèves consultant une affiche de prévention face au coronavirus © Maxppp - Jean-Marc Loos

En région Centre Val-de-Loire, la principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, pose ses conditions avant la réouverture des établissements scolaires qui débutera à partir du 11 mai. Dans un communiqué publié de lundi, la FCPE explique notamment qu'elle "veut qu’une réunion dédiée uniquement au sujet de la reprise et ses conditions soit organisée pour chaque école et chaque établissement". 

La FCPE demande à visiter chaque école, collège, lycée avant le 11 mai

Et le comité régional de la FCPE demande "une visite de chaque école et établissement afin de vérifier la faisabilité du respect de la distanciation sociale, des gestes barrières et des conditions sanitaires" : "savon dans les WC, essuie-mains à usage unique, gel hydro-alcoolique, produits nettoyants pour les différentes surfaces et matériels, distanciations entre les élèves dans les différents espaces (classe, cantine, récréation, salle d’activité, CDI, labos, salles d’études…)"

Les conditions posées par la FCPE 

  • Pour les écoles, "un groupe comprenant le maire ou son représentant, la directrice ou le directeur d’école et un ou deux représentants de chaque liste de représentants de parents élus, doit visiter l’école"
  • Pour les collèges, "un groupe émanant de la commission permanente, composé du chef d’établissement ou son représentant, de représentants d’enseignants et de représentants de parents d’élèves élus de chaque liste doit visiter le collège"
  • Pour les lycées, "une délégation du CHSCT (comité hygiène, sécurité et conditions de travail) comprenant des représentants de parents élus de chaque liste doit visiter le lycée"
  • La journée d’école doit comprendre les accueils du matin et du soir ainsi que la cantine. "Les parents veulent de vrais repas, il ne s’agit pas que ce soient les familles qui fournissent les déjeuners. Sans possibilité de maintien au froid ni de réchauffe des plats, cela reviendrait à manger froid, voire un sandwich, tous les midis. Pour certains élèves c’est le seul repas de la journée, il doit donc être équilibré et correct."
  • Il faut "remettre en fonction les internats pour ne pas pénaliser les jeunes les plus éloignés de leur lieu de scolarité. L’internat doit offrir la prestation restauration"
  • "Le ramassage scolaire doit se faire en tenant compte de la distanciation sociale nécessaire entre chaque voyageur et de pouvoir appliquer les règles en matière de conditions sanitaires"
  • "Les élèves à besoins particuliers doivent pouvoir reprendre leur scolarité avec la continuité de leur protocole d’accompagnement"

Droit des parents à ne pas re-scolariser leurs enfants

"Sans assurance de la mise en place de toutes ces prestations pour les élèves qui reviendraient en cours et la garantie de leur sécurité sanitaire irréprochable", la FCPE réclame le droit au maintien du confinement et donc la poursuite de la scolarité à distance avec les dispositifs administratifs adaptés pour les parents qui seront en garde d’enfants. "Rien ne pourra obliger un parent à re-scolariser son enfant sans assurance sur sa sécurité et sa protection, c’est lui qui doit avoir le dernier mot."

Rappelons que l'Elysée a fait savoir que le retour des élèves à l'école après le 11 mai se ferait "sur la base du volontariat". On attend désormais les précisions qu'apporteront le Premier ministre, ce mardi, lorsqu'il présentera le plan de déconfinement, puis le ministre de l'éducation nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess