Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Société

La fédération de chasse de Gironde méfiante vis à vis du projet de réforme annoncé par l'Elysée

lundi 27 août 2018 à 19:29 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Emmanuel Macron a confirmé ce lundi la baisse du prix du permis de chasse national à 200 euros et une réforme concernant la gestion du gibier en France. Henri Sabarot, président de la fédération des chasseurs de Gironde n'est pas convaincu.

Chasse (illustration)
Chasse (illustration) © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

La réforme de la chasse semble être au coeur des préoccupations de l'Elysée. Ce lundi après-midi Emmanuel Macron a présidé une réunion aux côtés du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et du président de la Fédération nationale de la chasse Willy Schraen. 

Au menu des discussions : la baisse du prix du permis de chasse national à 200 euros en 2019 (contre 400 aujourd'hui) , la réforme des quotas par gibiers et les dates d'ouvertures et de fermetures. Cela fait plusieurs années que les chasseurs demandaient cette réforme. 

Malgré les critiques des écologistes le Président de la république semble vouloir leur donner raison. Pourtant, certaines fédérations de chasse sont opposées à cette réforme. C'est le cas chez nous en Gironde, où la fédération compte 40.000 chasseurs.

Henri Sabarot, président de la fédération en Gironde estime que la réforme va avoir pour effet de centraliser les décisions et ceci l'inquiète.  "Je suis un Girondin et pas un Jacobin" déclare l'élu Médocain. 

Je remercie le président Macron pour les preuves d'amour qu'il nous envoie mais permettez-moi d'être méfiant. — Henri Sabarot

Même s'il reconnait que la pratique de la chasse a besoin d'être réformée les fédérations départementales de chasse doivent pouvoir gérer leur territoires au plus près estime Henri Sabarot en fixant par exemple leurs propres quotas de gibiers ou encore le prix de leur permis de chasse.

Henri Sabarot