Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La fermeture de la frontière franco-espagnole nous replonge 25 ans en arrière"

-
Par , France Bleu Roussillon
Le Perthus, France

Avec la fermeture de la frontière franco-espagnole au Perthus (Pyrénées-Orientales), les plus anciens se retrouvent replongés 25 ans en arrière, quand les contrôles étaient encore en place. Des souvenirs pas toujours agréables.

La frontière du Perthus fermée jusqu'au 21 juin
La frontière du Perthus fermée jusqu'au 21 juin © Radio France - Sébastien Berriot

Des voitures qui font demi-tour après un refus de passage de la police espagnole, d'autres qui patientent de longues minutes avant d'être finalement autorisées à partir en direction de la Jonquera : ce sont des scènes que l'on n'avait pas vu à la frontière du Perthus depuis plus de 25 ans, depuis que la frontière physique a disparu avec la mise en œuvre des accords Schengen. 

Ce sont les Espagnols qui ont décidé en premier de fermer la frontière au mois de mars pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Depuis, les frontaliers habitués à passer en Espagne de façon quasi quotidienne, ont connu une période de trois mois complètement inédite : fermeture totale de la frontière pour les uns, autorisation de passage pour les autres dans des cas bien précis. "Ça me rappelle il y a plus de 50 ans quand je venais avec mes parents à Figueras, confie Michel, de Saint-Cyprien. Les douaniers espagnols étaient bien présents. Aujourd'hui, on est tellement habitué à passer librement que ces contrôles d'autrefois, je les avais presque oubliés."

Impression de revenir à l'époque de Franco

Depuis le mois de mars, policiers espagnols et français ont retrouvé leurs places d'autrefois, à côté des anciennes guérites qui ne sont plus utilisables. Martine, 72 ans qui a une résidence dans la plaine de l'Emporda vient de franchir le passage, après une discussion qui a duré un bon quart d'heure avec les agents de la Policia Nacional. "J'ai vraiment l'impression d'être revenue sous Franco. Le policier a lu et relu mon  autorisation, comme si j'étais suspecte. Il a téléphoné au commandement, exactement comme ça se faisait avant."

Les policiers français contrôlent aussi la frontière
Les policiers français contrôlent aussi la frontière © Radio France - Sébastien Berriot

Comme une cloison

Le retour de cette frontière physique n'est pas vraiment apprécié par la plupart des automobilistes qui se retrouvent coincés au Perthus, dans l'impossibilité d'aller plus loin. "On repense aux Guardia civil qui n'étaient pas toujours très aimables avec les Français à l'époque. Ce ne sont pas les mêmes têtes, mais c'est un peu pareil" explique René, un habitant de Millas.

"Ces contrôles, ça fait une drôle d'impression, on n'a pas trop envie de traîner" (Chantal de Sahorre)

Heureusement pour les habitués de la Jonquera, Gérone ou encore Barcelone, la fermeture et les restrictions à la frontière du Perthus ne seront bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Sous pression intérieure et extérieure, le gouvernement espagnol a accepté de rouvrir la frontière le 21 juin, dimanche prochain.

Reportage de Sébastien Berriot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess