Société

La fin de vie en débat au Parlement et dans la Vienne

Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou mardi 26 janvier 2016 à 20:13

Un malade en fin de vie
Un malade en fin de vie © Maxppp - Maxppp

Le Parlement se prononce ce mercredi sur un projet de loi instaurant "un droit de dormir avant de mourir". Le texte, porté par le député-maire socialiste de Poitiers Alain Claeys et le député LR Jean Léonetti, ne va pas assez loin estime l'Association pour le droit à mourir dans la dignité.

Après l'adoption du texte à l'unanimité en commission mixte paritaire, la proposition de loi créant de nouveaux droits pour les malades en la fin de vie est débattue à l'Assemblée ce mercredi matin et au Sénat en fin d'après-midi. "Une journée historique pour le droit des patients", se félicite Alain Claeys, le député-maire PS de Poitiers co-rapporteur du texte avec le député Les Républicains Jean Léonetti. 

Le patient pourra demander cette sédation sans aucune certitude qu'elle lui sera accordée

L'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD86) est favorable à l'euthanasie.

Fin de vie la colère de l'ADMD 86

Ne demandez pas non plus à un médecin d'être un béni-oui-oui, de dire oui même lorsqu'il pense que son patient est en danger.

Le Docteur Laurent Montaz est chef du service des soins palliatifs au CHU de Poitiers.

Docteur Montaz sur la fin de vie

_ "Le législateur a essayé d'amener sur la table des sujets difficiles, tabous" se félicite le docteur Laurent Montaz. Ce chef du service de soins palliatifs au CHU de Poitiers déplore en revanche le manque de moyens :_ "avec seulement dix lits dans la Vienne, nous sommes en sous-effectifs de soins palliatifs"

Il n'y a que deux services de soins palliatifs pour les quatre départements de Poitou-Charente

Pour palier l'insuffisance de lits en soins palliatifs, le Docteur Laurent Montaz a proposé de former une équipe mobile "pour aller épauler les confrères du libéral chez les familles, pour apporter conseils et expertise, ainsi que dans les EHPAD, avec les patients fragilisés en fin de vie".* Le médecin attend encore à ce jour la réponse de l'Agence régionale de santé (ARS) de la Vienne.*

 POUR EN SAVOIR PLUS

euthanasie en europe - Radio France
euthanasie en europe © Radio France - Idé

Partager sur :