Société

La FNAIM Côte d'Azur veut un bail solidaire

Par Laurent Vareille, France Bleu Azur mardi 12 janvier 2016 à 19:42

La FNAIM Cote d'Azur
La FNAIM Cote d'Azur - Alexandre Janowiak

C'est à l'occasion de son traditionnel bilan de l'année écoulée que la FNAIM Côte d'Azur a annoncé sa volonté de mettre en place un bail solidaire. Une solution pour décloisonner le marché de la location.

Mis en place à Paris depuis quelques mois, le bail solidaire est présenté comme la solution aux problèmes locatifs que connait le département des Alpes-Maritimes. La FNAIM Côte d'Azur travaille donc en partenariat avec la Métropole Nice-Côte d'Azur pour adapter ce système au marché local.

Comment ça marche ?

Un bail solidaire consiste à remettre très vite en location un appartement devenu libre. Mais le remettre en location à un prix plus attractif ; entre 20 et 25% moins cher que celui habituellement pratiqué dans le secteur. En contre partie, le bailleur se voit attribuer quelques avantages fiscaux.

C'est sur ce point que porte le travail avec la métropole niçoise. La collectivité doit en effet proposer à celui qui joue le jeu, de baisser la taxe foncière par exemple. D'autres collectivités qui perçoivent des impôts sur les biens immobiliers pourraient aussi rentrer dans la partie.

Baisser le prix des locations par une offre plus large

"L'idée, c'est de donner envie à certains propriétaires de mettre très vite en location leur bien, explique Frédéric Pelou, le président départemental de la FNAIM. Nous espérons qu'en combinant plus d'offres avec des prix locatifs plus bas, le marché se stabilise naturellement" précise celui qui croit le plus en ce bail solidaire.

Frédéric Pelou, président de la FNAIM Côte d'Azur.

Des prix encore très (trop) hauts

Il y a, du coup, fort à faire pour baisser les prix du marché. Aussi bien dans la location qu'au niveau de l'achat. Dans ce secteur, les prix en 2015 ont à peine baissés. 36 euros de moins sur Nice pour des appartements anciens. De 4 179 euros le m2 en 2014 à 4 143 euros en 2015. Pas de quoi affoler les compteurs ! C'est à Menton que la plus forte baisse a été enregistrée avec 163 euros de moins en moyenne.

Aucun(e)