Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Fondation Le Corbusier enquête sur la future boulangerie du Leclerc de Firminy

mardi 24 juillet 2018 à 3:52 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Saint-Étienne Loire

La boulangerie de Leclerc à Firminy est en travaux, elle va bientôt arborer les couleurs du Corbusier. D’après nos informations la Fondation Le Corbusier a décidé d’ouvrir une enquête car les ayants droit de l’architecte n’étaient pas informés du projet de la grande surface.

 Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Fabrice Hawkins

Firminy, France

La future boulangerie du Leclerc à Firminy aura les couleurs du Corbusier. D’après les informations de France Bleu Saint-Étienne Loire : la Fondation Le Corbusier échaudée de ne pas avoir été consultée va ouvrir une enquête et elle compte réagir dans les prochains jours.

La boulangerie de la discorde

Un « look Le Corbusier » pour la boulangerie du Leclerc de Firminy. La grande surface souhaite sans doute ce servir du succès de la maison culturelle construite par l’architecte français et classé au patrimoine de l’UNESCO le 17 juillet 2016.

Le problème c’est que la Fondation Le Corbusier qui possède les droits d’images et de reproduction des œuvres, n'a pas été consultée. La Fondation a donc décidé de mener une enquête pour savoir si la boulangerie utilise l’image ou les réalisations de l’artiste d’origine suisse. Les œuvres « Le Corbusier » seront libre de droit en 2035. Avant cette date c’est illégal d'utiliser le nom de l'artiste sans accord.

Des commerçants qui veulent surfer sur la vague « Le Corbusier »

La Fondation reçoit régulièrement des demandent de la part de commerçants. Ils veulent s'approprier les créations de l’artiste français. Le Conseil de surveillance de la Fondation épaulé par plusieurs experts se réunit pour décider si oui ou non il cède les droits d'image ou de reproduction des œuvres. 

Parmi toutes les sollicitations, il faut distinguer deux catégories. La première regroupe les demandes d'utilisation de la marque Le Corbusier à des fins purement commerciales. Fabriquer des boules de pétanques Le Corbusier, par exemple. Dans cette situation la Fondation répond presque toujours négativement. 

La deuxième catégorie rassemble les objets qui mettent en valeur les réalisations de Le Corbusier. C'est le cas par exemple des cartes postales. La Fondation donne souvent son accord dans ce cas de figure. Ceux qui ne prennent pas la peine d'obtenir une autorisation pour utiliser la marque commettent une infraction : les avocats de la Fondation peuvent traduire les intéressés en justice pour contrefaçon.