Société

La future grande mosquée du Mirail à Toulouse ouvre son chantier

Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Toulouse lundi 10 avril 2017 à 17:10

La future mosquée du Mirail à Toulouse
La future mosquée du Mirail à Toulouse © Radio France - Jeanne marie Marco

Des visites de chantier ont eu lieu toute la journée dimanche dernier. La future grande mosquée du Mirail à Toulouse doit ouvrir à la fin de l'année.

Il faut encore pas mal d'imagination pour voir la future mosquée du Mirail à Toulouse. Pour l'instant, seuls les mûrs sont construits, le chantier doit se terminer à la fin de l'année. Des dizaines de personnes ont participé aux visites organisées dimanche dernier par l'association cultuelle et culturelle Islamique en France. Après la mosquée du château, la mosquée en construction du quartier Empalot, celle du Mirail sera la troisième à Toulouse.

Une mosquée pour 4.000 personnes

La mosquée du Mirail est située place Edouard Bouillères tout près du centre commercial Basso Cambo. Construite sur un terrain de 2.500 mètres carrés elle pourra accueillir jusqu'à 4.000 personnes. La mosquée dispose de trois niveaux avec trois salles de prières, des salles de cours pour les enfants, une salle de réunion, une bibliothèque, des bureaux, une cuisine, des sanitaires et des salles pour les abutions.

L'étage de la future mosquée du Mirail à Toulouse - Radio France
L'étage de la future mosquée du Mirail à Toulouse © Radio France - Jeanne marie Marco
Le rez-de-chaussée de la future mosquée du Mirail - Radio France
Le rez-de-chaussée de la future mosquée du Mirail © Radio France - Jeanne marie Marco

Un budget pas encore bouclé

La mosquée du Mirail devrait coûter 4 millions d'euros, "un projet entièrement financé par les dons des fidèles de toute la France" assure Mohamed Mtabai de l'association cultuelle et culturelle Islamique en France " pour l'instant nous avons 2.8 millions d'euros donc il reste 200 mille euros à trouver pour que le chantier ne s'arrête pas. C'est la dernière ligne droite, c'est le dernier sprint donc c'est très important que tout le monde soit impliqué".

L'association lance alors un nouvel appel aux dons, le projet n'a reçu aucune aide publique.