Société

La grève de la faim des propriétaires du Signal à Soulac

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde samedi 21 mars 2015 à 15:37

La grève de la faim des propriétaires du Signal à Soulac

Cinq co-propriétaires de l'immeuble menacé par l'érosion ont débuté une grève de la faim ce vendredi soir devant l'immeuble désaffecté. Soutenus par les 70 autres propriétaires délogés en février 2014 ils demandent une meilleure indemnisation. L'Etat a proposé une enveloppe globale d'1,5 millions d'euros.

Depuis vendredi soir et le début des grandes marées les cinq grévistes de la faim campent dans des préfabriqués installés sur le parking de l'immeuble Le Signal. En février 2014 ils ont reçu l'ordre de quitter leurs appartements. Depuis ils attendent d'être indemnisés mais ils refusent d'accepter l'offre de l'Etat. Dernièrement la Préfecture de Gironde a proposé une enveloppe globale d'1,5 millions d'euros. Pas suffisant selon les 75 co-propriétaires de l'immeuble qui estiment qu'ils toucheront à peine 20.000 euros chacun pour des biens qui en valent 10 fois plus.

Les co-propriétaires n'ont pas l'intention d'en rester là. Ils contestent la dernière décision de justice qui les a pourtant débouté. Le tribunal administratif de Bordeaux a en effet estimé que les propriétaires du Signal ne pouvaient pas bénéficier du plan d'indemnisation prévu par la loi Barnier de 1995 sur la prévention des risques naturels majeurs.

"On a des propriétaires qui sont vraiment très mal face à ce que l'on considère comme une injustice. Les grévistes de la faim sont motivés. On a un médecin sur place pour les surveiller". — Jean-José Guichet, syndicat des co-propriétaires du Signal

En attendant la procédure d'appel, les co-propriétaires du Signal et notamment les cinq grévistes de la faim ont promis de rester mobilisés. Le président du syndicat des co-propriétaires Jean-José Guichet promet même d'autres actions.

Le Signal à Soulac sur Mer - Radio France
Le Signal à Soulac sur Mer © Radio France