Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La grogne des habitants de Mortagne-sur-Gironde contre l'installation d'une antenne Free

dimanche 20 janvier 2019 à 21:13 France Bleu La Rochelle

Plusieurs dizaines d'habitants de la petite commune de Charente-Maritime se sont mobilisés ce dimanche pour protester contre l'installation d'une antenne de l'opérateur Free à proximité des maisons.

Ils étaient environ 80 à se mobiliser ce dimanche contre l'antenne Free.
Ils étaient environ 80 à se mobiliser ce dimanche contre l'antenne Free. © Radio France - Louise Buyens

Mortagne-sur-Gironde, France

L'opérateur Free souhaite installer une antenne dans la petite commune de Mortagne-sur-Gironde, qui compte à peine 1.000 habitants. Face au géant des télécommunications, une trentaine de riverains s'est regroupée en collectif pour empêcher l'implantation de l'antenne à côté des habitations. Soutenus par le Maire, ils ont lancé une pétition qui avait déjà recueillie une trentaine de signatures ce dimanche matin. Bien décidés à ne pas en rester là, environ 80 Mortagnais ont également organisé une marche de protestation.

L'antenne en question devrait mesurer 32 mètres de haut, soit quasiment aussi haute que l'église de la commune et située à 200 mètres de celle-ci. L'argument esthétique pousse les habitants à se mobiliser, non pas contre l'antenne, mais contre son emplacement. Free souhaite installer son équipement dans un champ appartenant à un habitant. 

Ci-dessus, le champ devrait accueillir l'antenne de l'opérateur Free. - Radio France
Ci-dessus, le champ devrait accueillir l'antenne de l'opérateur Free. © Radio France - Louise Buyens

Magali est à l'origine du collectif de riverains et elle vit à seulement quelques mètres du terrain convoité. 

Quand on ouvre nos volets, on voit l'estuaire de la Gironde et maintenant, on verra une antenne. Forcément, ça ne nous fait pas plaisir." 

Village de pierres et d'eau

La commune est labellisé "village de pierres et d'eau", un titre qui attire beaucoup de touristes. La présence d'un pylône électrique risque de "faire fuir les clients", craint Michel, propriétaire de deux gîtes sur la commune. "La beauté du paysage fait partie de nos arguments de vente. Pour les touristes, ça doit être joli, il ne doit pas y avoir des pylônes partout", regrette-t-il.  

Ces arguments sont contestés par les propriétaire du terrain qui doivent accueillir l'antenne de téléphone. Ils ont signé avec Free un contrat de location de 12 ans contre la somme de 4.000 euros par an. "Sur l'ancien château d'eau, il y a déjà des antennes et les maisons sont beaucoup plus proches", argumente la propriétaire, Thérèse Yon. De plus, l'installation lui permettrait d'avoir le Wi-Fi dans une petite maison qu'elle met en location : "Ils ont peur que les touristes ne viennent plus mais quand ils sont là, les gens demandent le Wi-Fi, moi je ne l'ai pas, il faut des antennes pour cela !

Entendant les habitants, le maire, Jean-Louis Faure, a proposé un autre terrain à Free mais l'offre restée, à ce jour, sans réponse. Il y a près d'un an, l'édile avait déjà demandé l'annulation du projet, ce qui lui a valu une défaite au tribunal et 2.000 euros de dommages et intérêts à verser à l'opérateur. Juridiquement, il n'y a plus vraiment de solution, dit-il : "L'option judiciaire réglementaire c'est de faire appel directement au niveau du conseil d'Etat avec un avocat agréé par le conseil d'Etat mais cela représente des dépenses qui ne sont pas à la hauteur de la commune." 

La commune peut difficilement rivaliser avec un opérateur aussi puissant que Free, abonde Lucile Savary, première adjointe au maire et membre du collectif "contre l'antenne Free" : "Ils ont sûrement des juristes très performants et on sent qu'ils ont l'habitude de ce genre de procédés.

Des pancartes pour protester contre un géant des télécommunications. - Radio France
Des pancartes pour protester contre un géant des télécommunications. © Radio France - Louise Buyens

Face au silence de Free, certains habitants pourraient mener des actions un peu plus viriles. Pour Dominique, agriculteur, "il faut que la population prenne son destin en main. S'il faut avoir des moyens d'occupation plus formels et plus explicites, on les prendra". Dans les rangs des contestataires, on murmure qu'une ZAD, une zone à défendre, pourrait même être organisée.

Sollicité, Free n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.