Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Guardia Civil ne veut pas voir de drapeau catalan sur les plaques d'immatriculation françaises

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

La Guardia Civil ne plaisante pas avec les automobilistes français qui apposent un drapeau catalan sur leurs plaques d'immatriculation. Un couple de Formiguères (Pyrénées-Orientales) vient d'en faire les frais à la frontière entre l'Espagne et l'Andorre.

C'est ce genre de plaque avec le drapeau catalan que conteste la Guardia Civil
C'est ce genre de plaque avec le drapeau catalan que conteste la Guardia Civil © Radio France - Sébastien Berriot

Pyrénées-Orientales, France

Les habitants des Pyrénées-Orientales sont nombreux à avoir remplacé le "66 classique" sur leur plaque d'immatriculation par un drapeau catalan. Une modification qui ne plaît pas aux autorités espagnoles. Elles estiment qu'une fois modifiées, les plaques ne sont plus conformes à la réglementation. Ces dernières années, plusieurs automobilistes français ont été contrôlés par la Guardia Civil et ont du retirer les autocollants. 

Un contrôle très tendu

La mésaventure est arrivée la semaine dernière à un couple de Formiguères  qui se rendait dans la Principauté d'Andorre par la Seu de Urgell en Catalogne. À l'arrivée au poste frontière, la Guardia Civil a demandé à Gilbert et Colette Mijoule de s'arrêter. "Ce qui les intéressait, c'était clairement les plaques d'immatriculation, explique Gilbert. L'agent nous reprochait l'autocollant avec le drapeau catalan et il nous a demandé de l'enlever".  Sur la plaque de la voiture, le couple avait rajouté au numéro 66, un drapeau catalan et la mention en français "Pays Catalan".

"Je n'étais pas d'accord pour enlever le drapeau catalan. Je me suis mise en colère, mais l'agent de la Guardia Civil avait l'air tellement furieux, que je me suis résolue à arracher l'autocollant". (Colette)

Le ton est rapidement monté lors du contrôle. Les gendarmes espagnols ont saisi les papiers du couple. Colette et Gilbert ont pu repartir après une heure d'attente, mais avec une plainte contre eux pour manque de respect envers les forces de l'ordre.

Le contrôle  de la Guardia Civil a été réalisé ici à la frontière entre l'Espagne et l'Andorre - Radio France
Le contrôle de la Guardia Civil a été réalisé ici à la frontière entre l'Espagne et l'Andorre © Radio France - Sébastien Berriot

Colette est furieuse. "C'est inadmissible dit-elle. J'ai pris ça comme une atteinte à mon identité catalane. Nous  circulons presque tous les jours sur les routes espagnoles, notamment du côté de Puigcerda avec le drapeau catalan sur la plaque d'immatriculation. En plein conflit avec les indépendantistes, cet incident est encore la preuve que l'Espagne n'est pas un pays de liberté et de démocratie."

La Guardia Civil fait de l'anti-catalanisme primaire (Gilbert)

La Guardia Civil se justifie

Contactée par France Bleu Roussillon, le service de presse de la Guardia Civil à Madrid  confirme ce type de contrôle en expliquant que l'ajout d'un drapeau sur la plaque est contraire à la réglementation générale sur les véhicules à moteur en Espagne. L'article 50 stipule notamment que les plaques des véhicules étrangers doivent respecter une forme bien précise et ne doivent pas être modifiées, de façon à indiquer clairement le pays d'origine. Les automobilistes concernés s'exposent à une amende de 80 euros.

Coté français, la police et la gendarmerie tolèrent ces modifications de plaques qui n'affectent pas le numéro d'immatriculation.

Le témoignage de Colette Mijoule

Le reportage de Sébastien Berriot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu