Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La joie à Dax après la libération le 23 août 1944

jeudi 23 août 2018 à 6:05 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Après Mont-de-Marsan, le 21 août 1944, c'est au tour de Dax, sous-préfecture des Landes, de commémorer sa libération en ce 23 août. Une cérémonie a lieu ce jeudi matin à 11H30 au monument aux morts, square Max Moras.

Les troupes FFI défilent dans Dax avec à leur tête Léon des Landes, chef de la Résistance landaise
Les troupes FFI défilent dans Dax avec à leur tête Léon des Landes, chef de la Résistance landaise - Centre Pédagogique de la Résistance et de la Déportation des Landes

Dax, France

Après le combat du Pont de Bats à Mont-de-Marsan, le 21 août 1944, les Allemands se replient vers Dax, occupée depuis le 27 juin 1940. Dans la matinée du 22 août, les soldats tués la veille sont inhumés dans le cimetière de Saint-Pierre. Depuis le débarquement des Alliés en juin, la Résistance multiplie les actions comme les sabotages et les embuscades. Le 22 août au matin, à seulement une dizaine de kilomètres au sud-est de Dax, à Mimbaste, une colonne des Forces Françaises de l'Intérieur remonte de Tarbes. Ce groupe, d'une centaine d'hommes, a pour mission d'intercepter l'ennemi. Après 2 heures de combat, cinq Allemands sont faits prisonniers, trois résistants sont tués et un est blessé, prisonnier lui aussi, les Allemands le déposent finalement à l'Hôpital de Dax.

Les Allemands sont en train de battre en retraite, ils cherchent à remonter sur Bordeaux. Alors, à Dax, ils négocient leur reddition sans heurt avec le Comité de Libération. Il y a eu des entrevues entre la Kommandantur et la Résistance.  Selon un article de journal de l'époque, le premier convoi démarre dans la matinée du vendredi et toute la journée des camions, des groupes de soldats à pied prennent la route de Saint-Paul-lès-Dax, vers Castets pour rejoindre Bordeaux

La fin de 50 mois d'occupation 

A Dax, l'enthousiasme de la population est d'abord contenu. On oublie pas ce qui s'est passé à Mont-de-Marsan deux jours plus tôt. Il ne faut pas provoquer les Allemands, une colonne motorisée envoie encore des rafales de mitrailleuses dans le quartier du Sablar et à Saint-Paul-lès-Dax deux habitants sont tués au cours d'une fusillade. Mais, devant l'évacuation des troupes d'occupation qui continue, Dax laisse finalement exploser sa joie.

Ils sont partis ! 

Spontanément la foule envahit les rues en criant : "Ils sont partis !" Partout, ce sont des scènes de liesse, des cris, des embrassades, des larmes. On hisse le drapeau français devant la sous-préfecture et la Marseille retentit à plusieurs reprises aux quatre coins de la ville. Après 50 mois d'occupation, Dax est libérée en fin de journée, et terminé le couvre feu à 21H30.

Les Fêtes de la libération  commencent dès le samedi sur la place de la Fontaine Chaude, puis le lendemain dans les Arènes avec le discours du Dacquois, Léonce Dussarat, dit Léon des Landes, le Chef de la résistance Landaise.