Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La "journée burkini" n'aura pas lieu aux Pennes-Mirabeau

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu
Les Pennes-Mirabeau, France

L'événement privé que souhaitait organiser l'association Smile 13 au Speed Water Parc des Pennes-Mirabeau n'aura finalement pas lieu. Le responsable du centre l'a acté avec le maire de la ville.

Parc d'attractions aquatique "Speed Water Park" à Plan de Campagne (Bouches-du-Rhône)
Parc d'attractions aquatique "Speed Water Park" à Plan de Campagne (Bouches-du-Rhône) © Maxppp -

Le responsable du parc aquatique des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) et le maire de la commune se sont rencontrés ce lundi pour discuter de la polémique autour de l'événement privé prévu en septembre. D'un commun accord, selon l'élu, ils ont décidé de ne pas louer les installations à l'association Smile 13.

"Nous en avons discuté : le responsable du centre aquatique n'avait plus de nouvelles de l'association depuis plusieurs semaines, il n'avait pas mesuré l'émotion que l'organisation de cette manifestation pouvait susciter." - Michel Amiel, maire des Pennes-Mirabeau

D'après le maire de la commune, le responsable du Speed Water Park ne souhaitait pas prendre la décision d'annuler l'événement seul. C'est pourquoi les deux hommes ont signé un communiqué commun afin d'expliquer les raisons de l'annulation.

"C'est une bonne décision qui calme le jeu. On a vu des réactions sur les réseaux sociaux complètement outrancières, islamophobes, xénophobes, racistes, ce que je condamne totalement, mais vu les circonstances, il faut aller dans l'apaisement".

L'élu souhaite enfin qu'on réfléchisse ensemble au type de dialogue qu'il faut instaurer entre les religions en France.

À voir aussi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess