Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La justice demande à nouveau le retour des menus de substitution dans les cantines de Châlon-sur-Saône

mardi 23 octobre 2018 à 20:01 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

La cour administrative d'appel de Lyon a annulé ce 23 octobre la décision du conseil municipal de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) de mettre fin aux menus de substitution dans les cantines scolaires. Le maire Gilles Platret veut saisir le Conseil d'État et le Conseil constitutionnel.

Les menus de substitution sont supprimés à Châlon depuis 2015
Les menus de substitution sont supprimés à Châlon depuis 2015 © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Chalon-sur-Saône, France

Depuis la rentrée 2015, il n'y a plus de menus de substitution quand du porc est servi dans les cantines scolaires de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Une décision du conseil municipal, qui vient à nouveau d'être retoquée par la justice. Mais le maire de la ville Gilles Platret n'entend pas en rester là et va saisir le Conseil d'Etat et le Conseil constitutionnel. 

En août 2017, le tribunal administratif de Dijon avait déjà réclamé le retour de ces menus de substitution, au nom de "l"intérêt des enfants." La cour administrative d'appel de Lyon, qui a rendu son arrêt ce 23 octobre, insiste quant à elle sur la notion de laïcité : "les principes de laïcité et de neutralité auxquels est soumis le service public de la restauration scolaire ne font pas, par eux-mêmes, obstacle à ce que les usagers de ce service se voient offrir un choix leur permettant de bénéficier d’un menu équilibré sans avoir à consommer des aliments proscrits par leurs convictions religieuses ou philosophiques".

Fichage religieux ? 

Ces menus de substitution existaient depuis 31 ans à Châlon-sur-Saône, mais Gilles Platret estime que le fait de demander aux familles si elles veulent des menus avec ou sans porc revient à faire "un fichage religieux." Nicolas Gardères, l'avocat de la Ligue de défense judiciaire des musulmans, estime qu'il y a une autre solution : _"_faire un questionnaire anonyme qui permettrait d'avoir une idée du nombre de menus de substitutions dont les cantines ont besoin. Mais c'est en fait un faux problème construit de toutes pièces par Gilles Platret, ça fonctionne sans aucun souci partout en France." 

Le maire de Chalon-sur-Saône a annoncé ce mardi qu'il allait saisir le Conseil d'Etat pour casser l'arrêt de la cour administrative d'appel de Lyon ainsi que le Conseil constitutionnel pour des questions de formes sur la première décision rendue par le tribunal de Dijon. 

Le nouveau président de la FCPE (fédération des conseils de parents d'élèves) de Saône-et-Loire Grégoire Ensel voudrait pourtant que cette histoire se termine : "ce type de débat, _ce type de crispations, l'école n'en a pas besoin en ce moment_, les élèves n'en ont pas besoin, les enseignants non plus. Il y a des combats inutiles qu'il faut savoir cesser."