Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La justice ordonne l'expulsion du cinéma Le Royal à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Après trois semaines d'occupation, la justice ordonne l'expulsion sans délai des squatteurs du cinéma Le Royal à Montpellier. Ils voulaient faire de ce lieu alternatif une Maison du Peuple

Les occupants du cinéma Le Royal avaient déjà été expulsés manu militari en 2017
Les occupants du cinéma Le Royal avaient déjà été expulsés manu militari en 2017 © Maxppp -

Montpellier, France

Les occupants de l'ancien cinéma Le Royal à Montpellier, rue Boussairolles, doivent se préparer à la possible intervention des forces de l'ordre ces prochains jours. Le tribunal de grande instance ordonne ce mardi l'expulsion sans délai du bâtiment. Dans leur décision, les juges estiment que le droit de propriété prime sur le droit au logement, invoqué par les occupants. La propriétaire des lieux obtient donc gain de cause, elle qui réclamait une expulsion des lieux en urgence. Elle avait assigné en justice deux militantes lundi. Elles ont 15 jours pour s'opposer à la décision mais l'appel ne sera pas suspensif.  

L'ancien cinéma de quartier, fermé il y a plus de six ans, avait déjà servi de squat en 2016 et 2017. Transformé en lieu alternatif, avec débats et concerts, il avait été évacué par les forces de l'ordre au bout de neuf mois. Il était à nouveau occupé depuis la fin avril par des militants d'extrême-gauche et des gilets jaunes, qui souhaitaient en faire  une Maison du peuple. 

La propriétaire est depuis plusieurs années en pourparlers avec un promoteur immobilier pour faire de cet ensemble une résidence de standing, à deux pas de la Comédie.