Société

La Lorraine, terre de cyclistes?

Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine vendredi 24 avril 2015 à 11:15

Catherine Coulin à vélo devant les studios de France Bleu Lorraine
Catherine Coulin à vélo devant les studios de France Bleu Lorraine © Radio France

Il y a de plus en plus de cyclistes sur les routes de notre région. Mais selon Catherine Coulin, spécialiste vélo pour l'association Eden, il y a encore du travail en matière d'aménagements.

Ils sont toujours plus nombreux dans les rues du Grand Nancy. Les cyclistes s'approprient l'espace public : "On le constate sur les bandes cyclables, les voies vertes et au niveau des stationnements car les arceaux sont souvent saturés ", explique Catherine Coulin.

Cette spécialiste du vélo pour l'association Eden (Entente pour la défense de l'environnement nancéien) salue les aménagements réalisés ces dernières années. "Ce qu'on apprécie , dit-elle, c'est l'aménagement des quartiers des zones 30 avec des double-sens cyclables et des panneaux tourne-à-droite au feu qui facilitent vraiment la vie des cyclistes ." Voilà pour le positif. Mais Catherine Coulin garde quelques réserves : "On regrette le manque d'aménagements structurants en ville avec des pistes séparées continues et sécurisées sur les grands axes ".

Trois euros par an et par habitant

A Nancy, le budget annuel consacré aux infrastructures cyclables est de 740.000€ . Soit 3€ par an et par habitant. Pas assez, déplore la cycliste nancéienne : "Les villes où la part du vélo a vraiment progressé sont des villes comme Nantes qui ont investi de 10 à 15 euros par an pendant 5 ans ", explique t-elle.

Une véloroute de Lorraine

Développer le cyclotourisme

Le vélo, c'est aussi le moyen de faire venir des touristes en Lorraine. Des panneaux d'information sur le patrimoine viennent d'ailleurs d'être installés, le long du canal des Vosges, sur la véloroute Charles le Téméraire.

Cyclotourisme dans les Vosges : le reportage de Laurent Watrin

Une initiative saluée par la militante de l'association Eden qui souligne les possibles conséquences sur l'économie locale : "Sur ce genre de routes, y a des retombées immédiates au niveau des commerces de proximité, des restaurants, des cafés et de l'hébergement ".

"A vélo, il faut voir et être vu"

Aujourd'hui, rouler à vélo en ville peut se réveler dangereux. Catherine Coulin milite notamment pour le port du gilet réflechissant par tous les cyclistes. Elle souhaite aussi la création d'un "code de la rue " avec "un respect mutuel de tous les usager s".

Une vélorution est organisée à Nancy le 30 mai prochain : un rassemblement festif de cyclistes pour demander de nouveaux aménagements.

 

 

Catherine Coulin est spécialiste du vélo pour l'association Eden