Société

La MAIF de Niort visée par une cyberattaque de grande envergure

Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou et France Bleu mardi 27 juin 2017 à 21:04

La MAIF visée par une cyberattaque de grande envergure a son siège social à Niort
La MAIF visée par une cyberattaque de grande envergure a son siège social à Niort © Maxppp - maxppp

La MAIF victime d'une cyberattaque de grande envergure depuis ce mardi 27 juin 2017. Attention donc si vous recevez un mail de la MAIF dans votre messagerie. Particuliers ou entreprises, du Poitou ou d'ailleurs, il est recommandé de ne pas ouvrir les e-courriers en provenance de la mutuelle.

Les assurés, particuliers et entreprises mais aussi les partenaires de la Maif, la mutuelle de Niort sont priés de faire très attention : depuis ce mardi 27 juin 2017, la MAIF est victime d'une cyberattaque de grande envergure.

Un mail de maif.fr : Supprimez-le immédiatement !

Les entreprises dotés de services spécialisés ont prévenu leurs salariés par ce type de message : "Une cyberattaque d'envergure est actuellement en cours en Europe. N'ouvrez surtout pas tout email semblant provenir de maif.fr (La mutuelle Maif) avec comme objet un titre de la forme "Dossier XXXXXXX". Si ce type d'email se trouve dans votre messagerie, supprimez-le immédiatement, puis vider le dossier "éléments supprimés"

Le parquet de Paris ouvre une enquête

Vu l'ampleur de la cyberattaque "Petrwrap", le parquet de Paris ouvre une enquête en flagrance en France. Il faut dire que le virus touche plusieurs multinationales dont l'industriel français Saint-Gobain et la mutuelle niortaise MAIF.

Travail perturbé à Niort et en France

La Maif à Niort, c'est 2500 salariés. 7000 au niveau national. Pour l'heure, le service sécurité de la mutuelle demande à chacun de ne plus envoyer de mail à l'extérieur. Les boîtes messagerie sont bloquées dans les deux sens.

A Niort, cela perturbe considérablement le travail, raconte Frédéric, un cadre de la mutuelle niortaise.

"On ne peut plus joindre nos sociétaires et nos experts par mail. On est obligés de les appeler par téléphone."

Deuxième cyberattaque en peu de temps

Selon ce même salarié, c'est la 2ème cyberattaque subie par la société en 2 semaines.