Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

La mairie de Craon verdit son cimetière pour mettre fin aux pesticides

Par

À partir du 1er juillet, les pesticides vont être interdits dans les cimetières. De nombreuses mairies mayennaises ont donc pris les devants pour trouver des solutions naturelles afin de faire disparaître les herbes indésirables. À Craon, des plantes grasses et des graines de fétuque ont été semées.

Des graines de fétuque ont été semées dans le cimetière de Craon ainsi que des plantes grasses. Des graines de fétuque ont été semées dans le cimetière de Craon ainsi que des plantes grasses.
Des graines de fétuque ont été semées dans le cimetière de Craon ainsi que des plantes grasses. © Radio France - Maïwenn Bordron

C'est une obligation que vont devoir respecter toutes les mairies : à partir du 1er juillet 2022, les pesticides vont être interdits dans les cimetières. Certaines municipalités ont donc pris les devants pour trouver des solutions pour enlever les mauvaises herbes. En Mayenne, elles sont nombreuses à se mettre au vert, comme à Craon. Une option naturelle est expérimentée depuis le mois d'avril dans cette commune du Sud-Mayenne, mais les résultats espérés ne sont pas encore au rendez-vous.

Publicité
Logo France Bleu
Deux solutions sont expérimentées : les graines de fétuque, mélangées à la cellulose (couleur vert pâle) et des sedums, des plantes grasses, quand l'espace entre les tombes est plus petit..
Deux solutions sont expérimentées : les graines de fétuque, mélangées à la cellulose (couleur vert pâle) et des sedums, des plantes grasses, quand l'espace entre les tombes est plus petit.. © Radio France - Maïwenn Bordron

"Il faut de la patience"

Un tapis vert pâle recouvre désormais une partie du cimetière. Une sorte de pelouse a été semée autour de certaines tombes, avec une technique très spécifique de plantation. "C'est de l'hydromulch. On peut voir une couche avec de la cellulose et les graines qui sont incorporées dedans", décrit Vincent Guillet, adjoint au développement durable et à l'écologie. Ce sont des graines de fétuque, une herbe qui demande peu d'entretien, qui ont été choisies pour étouffer les mauvaises herbes. La fétuque aurait dû pousser depuis mi-avril, mais avec le manque de pluie, la plantation a été ralentie. "Normalement, ça devrait être pratiquement tout vert avec des fines herbes", regrette l'adjoint.

Des graines de fétuque ont été semées grâce à la technique de l'hydromulch : elles sont mélangées à de la cellulose afin de faciliter la plantation.
Des graines de fétuque ont été semées grâce à la technique de l'hydromulch : elles sont mélangées à de la cellulose afin de faciliter la plantation. © Radio France - Maïwenn Bordron

La cellulose mélangée aux graines est toujours présente près des tombes et les mauvaises herbes continuent de pousser. "Pour le moment, ce n'est pas très beau, il faut le reconnaître. On va demander aux habitants de craon d'être indulgents et d'être bienveillants", reconnaît Vincent Guillet. La plantation de la fétuque est longue et difficile dans le sable près des tombes, mais c'est une herbe qui sera ensuite très simple à entretenir. "Trois tontes par an", affirme l'adjoint à l'écologie, soit beaucoup moins qu'une pelouse dans un jardin par exemple.

Certains habitants nous ont dit : c'est quoi le truc que vous avez mis, ce n'est pas beau !    
Vincent Guillet, adjoint à l'écologie à la mairie de Craon

Des plantes grasses ont été plantées dans les petits espaces entre les tombes, où aucune tondeuse ne peut passer pour tondre l'herbe.
Des plantes grasses ont été plantées dans les petits espaces entre les tombes, où aucune tondeuse ne peut passer pour tondre l'herbe. © Radio France - Maïwenn Bordron

Des sedums, des plantes grasses, ont également été plantés dans des espaces plus petits près des tombes. "Vous voyez, ça, c'est déjà bien pris. C'est même en fleurs, donc c'est plutôt joli", souligne Vincent Guillet. Au total, la mairie de Craon a investi 18 000 euros pour cette solution naturelle. Une autre solution aurait été de désherber "à la binette" l'ensemble des mauvaises herbes, mais sans pesticides, les agents municipaux y auraient passé 1 800 heures par an, contre 900 heures actuellement. "Un boulot trop fastidieux" dans un cimetière qui fait 7000 mètres carrés, pointe du doigt Vincent Guillet, un des adjoints à la mairie de Craon.

Cette solution choisie par la mairie de Craon est écologique et moins coûteuse. Plutôt que de goudronner, comme certaines municipalités le font, à Craon, les allées entre les tombes devraient ressembler à un "tapis vert". Mais en attendant que les graines germent, le résultat n'est pas au rendez-vous et certains habitants s'impatientent. "Ça sera beau et vert. Il faut juste de la patience et de la compréhension", met en avant Vincent Guillet.

Un premier bilan de cette expérimentation sera réalisé en septembre. La mairie de Craon décidera ensuite de poursuivre ou non cette solution naturelle. D'autres options pourraient être envisagées, comme l'ajout de terreau pour faire germer plus rapidement les graines de fétuque. Elle refuse en tout cas de goudronner les allées entre les tombes, comme ont choisi de le faire certaines municipalités.

La mairie appelle les habitants à la patience, en attendant que les graines germes et verdissent le cimetière.
La mairie appelle les habitants à la patience, en attendant que les graines germes et verdissent le cimetière. © Radio France - Maïwenn Bordron
Publicité
Logo France Bleu