Société

La mairie de Paris aide les professionnels à acheter un véhicule propre

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région mardi 17 mars 2015 à 5:00

véhicule utilitaire, camionnette (Paris)
véhicule utilitaire, camionnette (Paris) © Radio France/Emilie Defay

Le Conseil de Paris a voté mardi des aides financières pour inciter les professionnels à acheter un véhicule propre.

La série d’aides pour inciter les professionnels à s’équiper d’un véhicule propre avait été présentée en février par Anne Hidalgo, la maire de Paris. Ces aides font partie d’un vaste Plan de lutte contre la pollution. Elles ont été votées mardi par le Conseil de Paris.

Un gros soutien financier

Ces aides financières sont destinées à ceux qui veulent acheter un véhicule propre mais aussi à ceux qui veulent les louer.

D’ici la fin de la mandature, Paris consacrera 12 millions d’euros au financement de ce dispositif. Les professionnels qui voudront s’équiper recevront une aide à hauteur de 15% du prix d’achat du véhicule hors option et hors bonus éventuel de l’Etat.

Les professionnels pourront recevoir un maximum de :

- 3.000 euros pour un Véhicule Utilitaire Léger électrique ou au gaz naturel d’un maximum de 2,5 tonnes

- 6.000 euros pour un Véhicule Utilitaire Léger électrique ou au gaz naturel supérieur à 2,5 tonnes

  • 9.000 euros pour un Poids Lourd électrique ou au gaz naturel

Le bonus écologique de l’Etat de 6.300 euros viendra en plus dans la limite de 27% du coût d’acquisition.

La totalité de l’aide publique pourra payer la moitié du coût total d’un véhicule propre.

Qui peut profiter de ces aides

Les entreprises de moins de 10 salariés , artisans, commerçants de Paris mais aussi de la petite couronne (92, 93, 94) peuvent avoir une aide. Chaque entreprise concernée peut avoir une seule subvention pour acheter un véhicule électrique ou au gaz naturel.

En contrepartie de ces aides, les professionnels doivent garder leur véhicule au minimum trois ans , ne pas acheter de véhicule ancien de norme inférieure à EURO5 durant cette période et participer à un enquête anonyme sur l’usage de son véhicule et l’évolution de sa mobilité.