Société

La mairie rachète le bistrot de Crézancy en Sancerre

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mercredi 20 janvier 2016 à 19:00

Madame le Maire se bat pour rouvrir le bistrot d'ici l'été
Madame le Maire se bat pour rouvrir le bistrot d'ici l'été © Radio France - Michel Benoit

Il n’y a plus de bistrots en France ! De moins en moins en tout cas. 600.000 dans les années soixante et moins de 35.000 aujourd’hui. A Crézancy-en-Sancerre, la municipalité ne peut se résoudre à perdre l'unique bar du village.

L'étude effectuée par une entreprise de distribution de boissons (France Boissons) confirme ce qu'on pressentait : le bistrot est une espèce en voie de disparition. On n'en compte plus que 1.357 cafés en région Centre Val de Loire. Les bistrots font pourtant partie de notre patrimoine. C’est pourquoi certaines communes se battent pour ne pas perdre leur « licence IV ». C’est le cas de Crézancy en Sancerre, un village de 490 habitants. Le café a été placé en liquidation judiciaire en avril dernier. La mairie a décidé de le racheter (50.000 euros)… et espère le rouvrir pour l’été si possible.

Des travaux de rénovation seront sans doute nécessaires - Radio France
Des travaux de rénovation seront sans doute nécessaires © Radio France - Michel Benoit

C’est une priorité pour le conseil municipal car les conséquences de la fermeture du café sont bien visibles dans le bourg. Moins de gens s'arrêtent dans le village. Le boucher ferme une demi-journée de plus et la boulangerie compte un peu moins de clients, explique Brigitte Chotard. La maire de Crézancy en Sancerre veut casser cette spirale infernale. L'ensemble du conseil municipal l'a d'ailleurs suivie en votant le rachat du bistrot par la commune. Le commerce vendait également les journaux, les jeux de hasard et le carburant. Mais l'activité a peu à peu diminué. Les temps changent : le village a perdu une centaine d'habitants, explique le viticulteur, propriétaire du bar, Jean-Marie Durand. "Depuis deux ans, on ne touchait plus aucun loyer du gérant, et il a bien fallu prendre une décision !" . La faute aux normes fulmine l'agriculteur. Ces normes qui l'ont contraint à fermer les pompes à essence, tout comme elles ont conduit à la disparition de l'équipe de foot qui venait au bar le dimanche après les matches : "Le terrain n'était plus adapté". Bref, c'est une époque qui fout le camp. Il y avait encore cinq cafés à Crezancy en Sancerre, dans les années 60. Marie-Paule a tenu le petit bouchon jusqu’en 2002. Le bistrot marchait encore bien à l’époque. "On fermait à 22 heures ! le matin, les retraités venaient boire leur café et se retrouvaient".

La pompe à essence va être retirée - Radio France
La pompe à essence va être retirée © Radio France - Michel Benoit

La municipalité de Crézancy en Sancerre refuse cependant de baisser les bras. Une dizaine de personnes ont visité le local et pourraient être intéressées pour le reprendre. Le bourg va donc investir 50.000 euros (ce qui n'était pas prévu au budget !) sans compter des travaux pour installer un coin restauration. "Ce serait un plus, espère Brigitte Chotard. Parfois des gens dans le coin ne savent pas où manger, et on pourrait faire découvrir  nos vins de Crézancy." Le village compte encore vingt-cinq vignerons. Reste à trouver le bon candidat. Une personne  sympathique et dynamique dont le conjoint aurait un emploi par ailleurs. La viabilité économique du projet n'est pas garantie.

Partager sur :