Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les affiches d'Yves Saint Laurent jugées "dégradantes pour la femme" ont été retirées

mercredi 8 mars 2017 à 17:02 - Mis à jour le vendredi 10 mars 2017 à 19:40 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les affiches de la campagne d'Yves Saint Laurent jugées "dégradantes" pour l'image de la femme ont été retirées, a indiqué vendredi l'Autorité de régulation de la publicité, qui avait demandé à la maison de faire cesser cette campagne. Un retrait pour de tels motifs est "rarissime".

Les affiches de la campagne Yves Saint Laurent sont jugées "dégradantes" pour la femme.
Les affiches de la campagne Yves Saint Laurent sont jugées "dégradantes" pour la femme. © AFP - Eric Fefeberg

Les affiches de Saint Laurent jugées "dégradantes" pour l'image de la femme ont été retirées, a indiqué vendredi à l'Agence France Presse l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), qui avait demandé lundi à la maison de faire cesser cette campagne. Les affiches ont été retirées dans la nuit de mercredi à jeudi, a précisé Stéphane Martin, le directeur général de l'autorité chargée de réguler la publicité. Ce retrait pour de tels motifs est "rarissime", a indiqué Stéphane Martin, qui n'a pas le souvenir d'un tel cas de figure en sept ans à l'ARPP. Le jury de déontologie publicitaire, instance associée à l'ARPP composée de neuf personnes et présidée par deux magistrates, s'est réuni et a délibéré vendredi. Son avis sera publié lundi par l'ARPP.

Une campagne qui "porte atteinte à la dignité des femmes"

Pour l’ARPP, "de telles représentations, du fait des postures du mannequin, présentées comme offertes aux passants, constituent une instrumentalisation des femmes ainsi réduites à la fonction d’objet sexuel et portent atteinte à leur dignité.". L'autorité estime aussi que "ces images banalisent des stéréotypes sexistes et sont en ce sens de nature à choquer la sensibilité du public". Mardi, l'autorité de régulation de la publicité a écrit à Saint Laurent, en attendant que son jury déontologique ne se réunisse ce vendredi. L'ARPP a ainsi demandé à Saint Laurent de "faire tout son possible pour faire cesser la diffusion, de retirer ces images ou de les changer", a précisé Stéphane Martin.

Des femmes très amaigries et jambes écartées

Ces deux affiches de la nouvelle campagne Saint Laurent, visibles à Paris, font polémique. Sur l'une, une femme apparaît jambes écartées, en talons et collants résilles. Sur l'autre, une jeune femme très amaigrie, sur talons aiguilles et patins à roulettes, est penchée sur un tabouret dans une position jugée explicite.

Près de 200 plaintes reçues en six jours

L'autorité indique avoir reçu près de 200 plaintes depuis le 3 mars, pour de multiples motifs": "images dégradantes", "femmes-objets", "valorisation de l'anorexie" et même "sexisme alimentant la culture du viol", mais aussi "racolage publicitaire", "soumission", et "atteinte aux droits des femmes". Les publicités ont suscité de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, notamment avec le hashtag "YSLRetireTaPubDegradante".

Une publicité Saint Laurent interdite en 2015

En juin 2015, une publicité pour Saint Laurent, publiée dans le magazine Elle UK, a été interdite par l'autorité de régulation de la publicité du Royaume-Uni, qui avait jugé que le mannequin qui y apparaissait était "maladivement maigre".