Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Guéret reconnaît la chronicité de la maladie de Lyme

mercredi 25 avril 2018 à 18:32 Par Fabien Arnet, France Bleu Creuse

Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Guéret a reconnu ce mercredi la chronicité de la maladie de Lyme d'un technicien de la fédération de chasse de la Creuse. Ce jugement est une première en France, il ouvre la voie à une reconnaissance de cette maladie comme professionnelle.

Eric Oden et l'un de ses conseils, Maitre Jean-François Dubois
Eric Oden et l'un de ses conseils, Maitre Jean-François Dubois © Radio France - Marc Bertrand

Guéret, France

"Je crois qu'on assiste là à une première judiciaire en France", se risque Maitre Philippe Meilhac, l'avocat d'Eric Oden. Le mercredi 25 avril 2018, le tribunal des Affaires de sécurité sociale de Guéret a rendu un jugement qui devrait faire date. Il reconnait le caractère chronique de la maladie de Lyme, contractée en 2014 par Eric Oden, 40 ans, technicien de la fédération de chasse de la Creuse. "Chronique", autrement dit de longue durée... ce qui s'apparente à une révolution en France alors que le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme divisent toujours les professionnels de santé. De fait, le jugement ouvre la voie à la reconnaissance d'une maladie professionnelle, ce que le plaignant voulait obtenir auprès de la MSA (Mutalité sociale agricole) "pour être indemnisé en cas de coup dur, si jamais un jour je devais ne plus pouvoir travailler, ni m'occuper de mes enfants".

Lyme, la grande imitatrice" — Eric Oden

Si la maladie de Lyme figure bien sur la liste des maladies professionnelles, "les symptômes retenus dans cette liste sont restreints, et la maladie de Lyme peut être très différente d'une personne à une autre... on l'appelle la grande imitatrice." Dès 2017, Eric Oden s'était ouvert aux médias, avait raconté son combat, mais aussi son calvaire au quotidien. "Il y a des jours où j'ai besoin de mes deux mains pour porter une simple boite à sucre... il y a des jours où je coupe du bois sans problème." C'est pour cette raison selon lui que les médecins n'ont jamais su s'accorder sur un diagnostic.

Une décision importante pour de nombreux malades"  —  Maitre Philippe Meilhac

"Je salue la décision du TASS, qui a su prendre le temps de la réflexion", dit aujourd'hui l'avocat Philippe Meilhac. "Pourtant la maladie de Lyme fait l'objet d'un consensus médical qui ne nous était pas favorable. Cette décision est très importante pour de nombreux malades qui ont contacté mon cabinet, qui sont dans une situation matérielle extrêmement difficile parce qu'on n'a pas reconnu le caractère chronique de leur maladie."

_"Pour l'instant, la France n'accepte pas que la maladie de Lyme soit chronique... mais ça va changer"_, promet Eric Oden, qui sait pourtant que rien n'est gagné pour lui... la MSA a un mois pour faire appel, ce qu'elle ne manquera de faire, même si elle n'a pas communiqué en ce sens ni commenté le jugement du TASS de Guéret.