Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La manifestation contre la loi de sécurité globale tourne un peu à la rave party à Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

Entre 500 et 700 personnes ont manifesté contre la loi de sécurité globale ce samedi 30 janvier à Poitiers. Dans le cortège des associations et des collectifs de DJ de techno. Le défilé a parfois ressemblé à une free party.

La manifestation contre la loi de sécurité globale à Poitiers avait des allures de rave party.
La manifestation contre la loi de sécurité globale à Poitiers avait des allures de rave party. © Radio France - Thibault Lecoq

Une parade des libertés à Poitiers a rassemblé entre 500 personnes selon la police et 700 d'après les organisateurs. Ils ont manifesté contre la loi de sécurité globale à l'appel d'une vingtaine d'associations et de syndicats. Pour dénoncer la précarité de la jeunesse et l'absence de culture, des collectifs de DJ de techno ont aussi rejoint le mouvement pour le septième samedi de mobilisation. La manifestation a eu des allures de teuf.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Avec deux camions remplis d'enceintes, le cortège s'est bien fait entendre. Les manifestants, surtout des jeunes se collent aux baffles, se déhanchent sur la musique. Certains ne sont là que pour ça. D'autres militent aussi comme David. "J'en ai marre qu'on me bafoue mes libertés, qu'on me dise ce que je dois faire", témoigne-t-il. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le discours est le même pour Corentin, il veut aussi plus d'égalité. "Comme tout le monde, on en a assez de ces restrictions et on est là aujourd'hui pour demander un peu plus d'égalité. Pourquoi est-ce que les policiers auraient plus de pouvoir qu'ils n'en auraient besoin ? ", questionne le jeune homme. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plus de reconnaissance pour la culture techno

_"La musique, c'est la base. Que ça soit dans une boite de nuit ou que ça soit dans un champ, c'est la même chose. On est là pour avoir du plaisir et on n'a pas à nous enlever ces droits-là"_, explique Chloé une membre d'un collectif de techno. 

Faire venir des jeunes grâce à la techno, c'est le pari, réussi, de François Bourry de Solidaire dans la Vienne. Il voulait aussi mettre en avant la précarité des jeunes et du monde de la culture. A la fin, la manifestation s'est vraiment transformée en teuf sur la place de la mairie, avec des gestes barrières pas totalement respectés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess