Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le département de la Mayenne veut lutter plus efficacement contre les féminicides

-
Par , France Bleu Mayenne

101 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint depuis janvier 2019, parmi elles, deux Mayennaises. L'ouverture du Grenelle des violences conjugales est donc l'occasion pour le département de la Mayenne de se mobiliser pour lutter contre les féminicides.

Un numéro d'écoute est à votre disposition, 7 jours sur 7, gratuitement : le 39 19.
Un numéro d'écoute est à votre disposition, 7 jours sur 7, gratuitement : le 39 19. © Radio France - Aurore Richard

Département Mayenne, France

Le Grenelle des violences conjugales s'est ouvert ce mardi 3 septembre. L'une des mesures annoncées pour contrer les féminicides : 5 millions d'euros supplémentaires vont être débloqués par le gouvernement afin de créer 1 000 nouvelles places d'hébergement pour ces femmes battues. 

101 féminicides depuis le début de l'année 2019 et la Mayenne n'est pas épargnée, elle en compte deux depuis le mois de janvier. Il y a eu plus de 130 procédures pour violences conjugales selon le Parquet de Laval, là aussi depuis le début de l'année.

Des "téléphones graves dangers" supplémentaires bientôt demandés

Le Parquet de Laval veut mieux lutter contre ces violences. La Procureure de Laval, Céline Maigné veut renforcer un dispositif, le "téléphone grave danger". Une femme victime de violences conjugales peut l'actionner en cas d'urgence. Il y en a trois en Mayenne, un quatrième est "volant". Le Tribunal de grande instance de Laval va en demander deux autres supplémentaires

"Ce téléphone a servi la semaine dernière en Mayenne. Une femme victime de violences conjugales l'a actionné vers 23h30 parce que son agresseur était en train de pénétrer dans son domicile, en forçant le garage, donc cette personne a été immédiatement interpellée", relate la Procureure de Laval. 

Autre annonce ce mardi 3 septembre : un audit dans 400 commissariats et gendarmeries de France va être lancé pour voir comment les femmes victimes de violences conjugales sont accueillies.

La gendarmerie va augmenter le nombre d'enquêteurs spécialisés

Dans notre département, 23 enquêteurs sont formés pour recueillir les plaintes de ces femmes. Ce nombre d'enquêteurs est en hausse, selon le Colonel Denis Aubert, commandant de groupement de gendarmerie de Mayenne, pour faire face à l'urgence.

"Initialement, nous avions une dizaine d'enquêteurs. En 2018, nous avons organisé une deuxième session de formation. On a fait appel au Procureure de la République, à des experts du milieu associatif, du milieu médical et paramédical pour former là encore, une dizaine d'enquêteurs", explique le Colonel Denis Aubert. En 2019, une nouvelle session de formation va être organisée. 

La Préfecture de la Mayenne se mobilise et appelle à la concertation

Vous pouvez participer à un groupe de travail le 20 septembre prochain à Laval sur le thème "Comment favoriser la parole des femmes dans les commissariats et gendarmeries". Des réunions publiques vont aussi être organisées dans le département, comme le 10 octobre, à la maison de quartier Saint Nicolas de Laval, sur la question de la prévention auprès des jeunes publics. 

Un numéro d'écoute si vous êtes victime ou si vous connaissez des femmes victimes de violences : le 39 19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu