Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La mémoire d’un acte héroïque d’habitants de la ville de Sorgues en 1944 partagée par 120 collégiens allemands

vendredi 12 octobre 2018 à 6:15 Par Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Des collégiens venus de la région de Cologne pour un séjour d’une semaine dans le Vaucluse : ils l’ont débuté en étant reçus par l'Amicale des Déportés Résistants du Train Fantôme

Mémorial  à la mémoire des 700 déportés du "Train Fantôme" à Sorgues
Mémorial à la mémoire des 700 déportés du "Train Fantôme" à Sorgues - Creative commons - / Véronique PAGNIER

Mercredi devant la gare de Sorgues les 120 collégiens et les 9 enseignant de ce voyage ont déposé un bouquet de fleurs devant le mémorial du Train Fantôme accompagnés de membres de l'Amicale des Déportés Résistants du Train Fantôme. Plusieurs d’entre eux ont ensuite lu à tour de rôle un texte sur le devoir de mémoire auprès des jeunes générations comme la leur. 

Le 18 août 1944, un train avec plus de 700 résistants dont 62 femmes en provenance de Toulouse et à destination des camps en Allemagne s’arrêtaient en gare de Roquemaure car les voies avaient été sabotées. 

Les déportés sont contraints alors de gagner à pied sous bonne garde un autre convoi à 17 kilomètres de là, à Sorgues. Leur passage, épuisés, dans le village donnera l’occasion à certains habitants de leur porter pain et nourriture, mais aussi de permettre l’évasion très risquée d’une trentaine d’entre eux. 

Les collégiens allemands s’étaient auparavant arrêtés au pont de Roquemaure où une plaque rappelle cette histoire très longtemps oubliées d’où le nom de « train fantôme ».

Les collègiens allemands ont lu un texte en français sur le devoir de mémoire