Société

La métropole Reims-Châlons-Epernay a duré 24 heures

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne vendredi 6 mars 2015 à 10:47

L'Assemblée Nationale à Paris
L'Assemblée Nationale à Paris © Francois Lafite - MaxPPP

Mercredi, l'Assemblée nationale adoptait un amendement permettant d'envisager la création d’une métropole regroupant les agglomérations de Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay. Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'Assemblée est revenue sur cette décision.

Lors de l’examen du projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), les députés ont adopté mercredi soir, à la surprise générale, un amendement permettant la création potentielle d’une métropole Reims-Châlons-Epernay. L’article était signé par Arnaud Robinet, maire de Reims, Catherine Vautrin, présidente de Reims Métropole et Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne. "Si l’on ne veut pas se faire aspirer dans notre future région Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine, il faut se doter d’un outil de gouvernance des territoires puissant, pour mener des actions communes" , expliquent les trois députés.

Benoist Apparu: "Pour peser, il faut se réunir"

Annulé 24 heures après avoir été adopté

Cet amendement ayant été adopté contre l’avis du gouvernement, il a été annulé lors de nouvelles délibérations à la fin de l’examen du projet de loi NOTRe. La ministre de la décentralisation, Marylise Lebranchu, a expliqué que cela aurait "créé une métropole à l’intérieur de laquelle il n’y a pas encore de compétences, pas de continuité géographique et pas non plus le nombre d’habitants " . La ministre ajoutant que si la mesure restait en l’état, "ça permettrait de créer 15 nouvelles métropoles qui correspondent aux mêmes critères, ce qui aurait été trop complexe" .

"Nous allons continuer à discuter, avec le gouvernement et au plan local"

"Tout ça se construit, se discute" , explique Catherine Vautrin, la présidente de Reims Métropole, qui affirme que rien n'est terminé et que le débat va se poursuivre, notamment pour trouver une continuité géographique dans cette nouvelle entité. "cet amendement devait permettre de créer les conditions du dialogue" . Elle était notre invité à 8h10.

Catherine Vautrin, la présidente de Reims Métropole veut continuer à en discuter

Tous les élus ne soutiennent pas le projet

Si cette idée de Métropole Reims-Châlons-Epernay est portée par les maires de Châlons-en-Champagne et de Reims, celui d’Epernay, Franck Leroy, est plus frileux. Il explique qu’il souhaite un rapprochement de sa ville avec Reims et Châlons, mais estime que la création d'une métropole serait "une démarche précipitée" . "Si on veut aller trop vite, on n'ira pas très loin" dit Franck Leroy. Un avis partagé par de nombreux maires des communes rurales composant les agglomérations de Châlons-en-Champagne, Reims et Epernay, qui craignent également de perdre leur identité. "Les habitants de nos communes ne sont pas près à être regroupés dans un espèce de magma énorme" , affirme le socialiste Dominique Lévêque, maire de Aÿ et président de la communauté de communes Grande Vallée de la Marne.

Dominique Lévêque, maire de Aÿ, s'oppose farouchement à ce projet

 

Partager sur :