Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La ministre des Sports appelle à faire chanter la Marseillaise avant les compétitions

mardi 7 novembre 2017 à 18:03 Par Julien Baldacchino, France Bleu

La ministre des Sports Laura Flessel a appelé les présidents de fédération à faire chanter l'hymne national avant chaque compétition "relevant de championnats de France", a-t-on appris ce mardi.

Laura Flessel, ministre des Sports
Laura Flessel, ministre des Sports © AFP - YOAN VALAT / POOL

La ministre des Sports Laura Flessel recommande que l'hymne national soit chanté "avant chaque compétition relevant de championnats de France". La demande a été transmise dès le 20 octobre dernier par courrier aux présidents des fédérations sportives, mais cette lettre n'a été rendue publique que ce mardi.

La ministre, qui co-signe la lettre avec le président du Comité national olympique Denis Masseglia et la présidente du comité paralympique Emmanuelle Assmann, reste en revanche assez floue sur ce qu'englobent les "compétitions relevant de championnats de France", ne précisant pas par exemple si cela concerne à la fois les amateurs et les professionnels.

"S'approprier le sens" de la Marseillaise

La lettre de la ministre laisse par ailleurs la liberté aux présidents de fédération la liberté de "décider d'une diffusion plus large de cet hymne à l'occasion d'autres compétitions". Elle stipule aussi qu'il leur appartient "de faire apprendre cet hymne national notamment aux plus jeunes compétiteurs", pour que ceux-ci soient en mesure de le chanter "dès leurs premières compétitions".

Elle appelle également à "mettre en place un dispositif qui leur permet vraiment de s'en approprier le sens", sans préciser non plus les modalités exactes de ce dispositif.