Société

La mobilisation continue, au Buisson-de-Cadouin, pour garder la gendarmerie

Par Nacime Rahoui, France Bleu Périgord vendredi 11 septembre 2015 à 19:22

Les élus du Buisson veulent garder leur Gendarmerie
Les élus du Buisson veulent garder leur Gendarmerie © Radio France - Nacime Rahoui

Ce vendredi, une centaine d'élus et d'habitants du Buisson-de-Cadouin étaient réunis, pour protester contre la fermeture prochaine de leur gendarmerie. Dans quelques mois, les sept gendarmes du village seront déplacés à Beaumont-du-Périgord. Une fermeture "injustifiée" pour les manifestants.

Dans les mois qui viennent, quatre villages périgourdins vont perdre leur gendarmerie : Le Buisson-de-Cadouin, Monpazier, Le Lardin-Saint-Lazare et Sainte-Alvère. Des fermetures de brigades justifiées par le manque d'activité, et la nécessité de faire des économies. Des arguments que ne veulent pas entendre les élus et les habitants du Buisson, réunis, ce vendredi, devant la gare.

Un boulevard pour les cambrioleurs

Dans la foule, Danielle est inquiète. Cette hollandaise a retrouvé un cambrioleur, dans son salon, l'an dernier. Heureusement, les gendarmes sont arrivés, très vite. "Si les gendarmes sont à Beaumont-du-Périgord, à 20 kilomètres, ils vont mettre du temps à arriver", prévient-elle. La Maire de Paleyrac, Eliane Berceau, avance un autre argument, les accidents de la route : "Nous sommes au croisement de deux routes départementales. 5 000 voitures traversent la ville, chaque jour. Il y a souvent des accidents et les gendarmes arrivent, rapidement, pour gérer la circulation".

Sept familles en moins, dans le village

Le Maire du Buisson, Jean-Marc Gouin, pense aux commerçants de son village, déjà en difficulté : "Sept gendarmes mutés, c'est aussi sept familles en moins dans le village". L'élu redoute l'effet de leur départ, sur l'économie locale. Ce samedi, il sera au Lardin, pour soutenir son confrère, qui va perdre, lui aussi, sa gendarmerie. Et, tous ensemble, vendredi prochain, ils seront à Périgueux pour la "grande manif' des Maires ruraux en colère".