Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La mobilisation se poursuit à Frontenay-Rohan-Rohan pour soutenir une famille albanaise menacée d'expulsion

dimanche 2 septembre 2018 à 6:35 Par William Giraud, France Bleu Poitou et France Bleu

Depuis bientôt une semaine, le couple et leur trois enfants ont été installés dans la salle des fêtes. Les habitants se relaient à tour de rôle pour leur tenir compagnie et éviter que les gendarmes ne viennent les chercher afin de les reconduire à la frontière.

Petrit, le papa de la famille, avec le petit dernier, né sur la commune, devant la salle des fêtes.
Petrit, le papa de la famille, avec le petit dernier, né sur la commune, devant la salle des fêtes. © Radio France - William Giraud

Frontenay-Rohan-Rohan, France

Le soutien se poursuit à Frontenay. La famille menacée d'expulsion vit dans la commune depuis un an et demi. Ses demandes de régularisation ont été rejetées (l'Albanie n'est pas un pays en guerre, ses ressortissants ne peuvent pas prétendre au droit d'asile). Conséquence : les autorités leur demandent de quitter le territoire.

"On ne veut pas retourner en Albanie"

Sur place, riverains et élus refusent fermement. La famille est parfaitement intégrée et personne ne souhaite leur départ. Des Albanais qui disent ne pas vouloir retourner chez eux, "nous avons reçu des menaces de mort, c'est pour cela que nous sommes partis" explique Petrit, le papa. "On ne lâchera rien. La mobilisation va continuer, plusieurs semaines si nécessaire. Tout le monde est derrière eux" poursuit Alain Chaufier, premier adjoint au maire.

Promesse d'embauche pour le père

La balle est désormais dans le camp de la préfecture, alors que deux enfants retourneront à l'école ce lundi matin en CE2 et en CM1. Et que le père vient de décrocher une promesse d'embauche comme maçon dans les environs.