Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La mode éthique est arrivée à Arras, le développement durable passe aussi par la garde-robe

-
Par , France Bleu Nord

Tout le monde le sait désormais, l'industrie de la mode est la plus polluante qui soit. Sans parler des conditions inhumaines dans lesquelles travaillent les enfants de certains pays pour fabriquer nos vêtements. A Arras "Ligne M" propose une nouvelle mode éthique.

La mode éthique est respectueuse à la fois de l'environnement et du droit social
La mode éthique est respectueuse à la fois de l'environnement et du droit social © Radio France - Claire Mesureur

Arras, France

"Un vêtement éthique est fabriqué dans de bonnes conditions et à partir de matières naturelles", explique Mathilde Malvoisin qui vient d'ouvrir sa boutique à Arras. A 28 ans, la jeune styliste propose une gamme de produits qui respectent au maximum ces règles de base. "Je vends essentiellement des vêtements et des accessoires fabriqués en France ou en Europe où le droit du travail est encore respecté".

Quant aux matières, elles sont essentiellement naturelles, comme le coton bio ou le lin, elles peuvent être aussi recyclées comme le polyester. "J'ai même des baskets réalisées à partir de bouteilles en plastique", plaisante la jeune femme. Chez "Ligne M" on joue au maximum la carte développement durable.

C'est sans doute plus cher mais c'est justifié

Une démarche de bobos, diront certains, et des prix plus chers que la moyenne mais c'est justifié. "Si on achète un jean à trente euros, au bout de 6 mois il sera tout déformé et il faudra le remplacer" constate Mathilde Malvoisin "Un jean basique en coton bio coûte certes une centaine d'euros mais dans 10 ans, il sera toujours portable". Et puis si on a bien compris que l'écologie passe par l'assiette ou les déplacements, il faut désormais admettre qu'elle peut aussi se nicher notre dressing.

Alors la jeune femme propose aussi des ateliers de sensibilisation et de formation. Il s'agit d'apprendre où et comment acheter, mais aussi de savoir gérer sa garde-robe de façon économique et en conformité avec son style et son confort. 

Enfin si la couturière telle que la connaissait votre grand-mère a disparu, Mathilde conçoit également ses propres modèles, en accord et en concertation avec ses clientes. "Et puis je peux conserver les patrons et les adapter ensuite à un autre modèle ce qui rentabilise le coût de la confection".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu