Société

La mosquée de Montfermeil menacée de fermeture imminente

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région vendredi 7 avril 2017 à 20:36

Faute de place dans le pavillon, une partie des fidèles prie dans la cour le vendredi.
Faute de place dans le pavillon, une partie des fidèles prie dans la cour le vendredi. © Radio France - Rémi Brancato

Depuis une décision du 29 mars, l'interdiction d'accueil du public est effectif pour la mosquée de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis. Les anciens gérants n'avaient pas respecté le code de l'urbanisme. Les nouveaux responsables demandent une nouvelle autorisation pour accueillir les fidèles.

Installée dans un petit pavillon depuis 15 ans, avenue Jean Jaurès, la mosquée de Montfermeil est plus que jamais menacée de fermeture. "Je crains que ça ferme" dit ce fidèle, "on ne saura plus comment faire pour prier, à moins de prier dehors" ajoute-t-il. Le 29 mars dernier, selon l'association cultuelle des musulmans de Montfermeil (ACMM), le juge d'exécution de Bobigny a demandé l'application d'une décision de 2013 qui interdit l'accueil du public dans la mosquée. Les précédents gérants du lieu de culte avait réalisé des travaux, mais sans respecter le code de l'urbanisme, ce qu'a dénoncé en justice, à plusieurs reprises, le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine.

Les gérants de la mosquée attendent une notification de l'huissier pour fermer

Mais la décision n'a été notifiée qu'aux avocats alors les gérants de la mosquée attendent, avec inquiétude, l'arrivée d'un huissier. "Si un huissier débarque, on ferme, parce qu'on n'est pas des hors la loi, les musulmans ne sont pas des hors la loi" dit Farid Kachour, le secrétaire général de l'ACMM.

"Si les fidèles sont dans la rue, ce sera un problème d'ordre public" prévient Farid Kachour

Aujourd'hui, les nouveaux gérants assurent avoir réalisé de nombreux travaux de mise au norme. Malgré cela, le pavillon reste petit et plus d'une centaine de fidèles s'installent dans la cour pour prier, en ce vendredi. "On n'a pas assez de place à l'intérieur alors on est obligé de mettre les gens au sol sur des tapis" explique Mohammed, un bénévole.

Un projet de mosquée partiellement financé

Pour prier dans de meilleurs conditions, l'ACMM a obtenu l'autorisation de construire une mosquée, financée entièrement par les dons des fidèles. "On a déjà 3 millions d'euros qui ont été investis mais le problème c'est que 50% des dons se font pendant le mois du ramadan" s'inquiète Farid Kachour le secrétaire général de l'ACMM. Le ramadan débute dans environ six semaines et "le fait de fermer notre mosquée impacterait notre structure de financement" ajoute-t-il, concluant : "on se retrouverait avec une mosquée provisoire fermée, et une mosquée inachevée".

Alors en attendant, l'ACMM a demandé au maire une nouvelle autorisation d'ouverture, pour remplacer en quelque sorte celle qui a été invalidée en justice. La commission communale d’accessibilité et de sécurité a visité les lieux le 1er mars dernier et l'association a déposé ce vendredi un nouveau dossier techniques pour répondre à ses remarques.

La prière a bien eu lieu ce vendredi mais les fidèles sont inquiets, Rémi Brancato.

Parmi les fidèles le ressentiment est grand. "C'est de l'acharnement" estime un jeune habitant de Montfermeil après la prière: "on jongle avec tout ce qu'il faut pour trouver une issue pour fermer la mosquée".

A LIRE AUSSI | A la mosquée de Montfermeil, les femmes ne peuvent plus prier.