Société

La "Muraille de Chine" de Clermont-Ferrand, barre HLM de 320 mètres de long, va bien être détruite

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu lundi 26 septembre 2016 à 19:33

La Muraille de Chine depuis le viaduc Saint-Jacques
La Muraille de Chine depuis le viaduc Saint-Jacques © Radio France - Emmanuel Moreau

Construite au début des années 60 pour des ouvriers, la longue barre HLM abrite plus de 500 familles. Le maire PS Olivier Bianchi a annoncé ce lundi soir sa démolition aux premiers concernés. Les habitants bénéficieront de logements sociaux de l'agglomération clermontoise.

C'était l'hypothèse la plus tangible dans le plan de rénovation urbaine de Clermont-Ferrand. La Muraille de Chine de Clermont va bien être démolie. L'annonce a été faite par le maire de la ville en personne, Olivier Bianchi, au cours d'une réunion publique lundi soir avec les habitants du quartier. Bâtie en 1961 dans le quartier Saint-Jacques, la tour, de 320 mètre de long, va donc être détruite.

Des logements trop petits et mal isolés

Cette Muraille a abrité dans les années 60 beaucoup d'ouvriers et d'employés. Aujourd'hui, plus de 500 familles vivent dans ces logements sociaux, certaines depuis plus de 40 ans. La Muraille ne correspond plus aux attentes des habitants. Les surfaces sont trop petites (55m2 pour un T3 au lieu des 66 m2 moyens), des appartements mal conçus et mal isolés thermiquement et phoniquement. Pour remédier à cette situation, trois solutions ont été étudiées par l'agglomération Clermont Communauté :

- La première consiste à réhabiliter simplement les logements, mais elle n’améliore pas l’organisation ni la taille des appartements et ne règle pas la question de la non-attractivité de ces logements.
- La deuxième hypothèse est d’entreprendre une restructuration lourde des bâtiments. Les études menées à cette occasion montrent que les structures ne le supporteraient pas.
- Dernière hypothèse : la déconstruction. C’est cette solution que l’Agglomération et la Ville ont choisi. Elle devrait démarrer à partir de 2021, une fois que toutes les familles auront été relogées.

Un quartier plus aéré

Pour l'Agglo, démolir la Muraille de Chine permettra d’accueillir un habitat nouveau adapté aux besoins des ménages, de construire un quartier plus aéré et de répondre aux nouvelles attentes écologiques. Cela facilitera aussi le lien entre le quartier Saint-Jacques et le centre-ville, renforçant ainsi son attractivité. Le quartier Saint-Jacques compte 89% de logements sociaux, avec une densité de population cinq fois supérieure à celle du reste de la ville.

Olivier Bianchi expose son projet pour le quartier St-Jacques - Radio France
Olivier Bianchi expose son projet pour le quartier St-Jacques © Radio France - Olivier Vidal