Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La non violence, ça s'apprend !

jeudi 24 janvier 2019 à 19:59 Par Pierre-Louis Sardi et Thibault Quilichini, France Bleu RCFM

Depuis 2011, Jean François Bernardini a animé plus de 350 conférences partout en France pour apprendre à la jeunesse à rejeter la violence. Une action essentielle, tant la violence reste encore présente au 21ème siècle. Jeudi, le porte parole de la fondation Umani était à l'Espace Diamant d'Ajaccio

Jean-François Bernardini et sa fondation Umani, artisans de paix
Jean-François Bernardini et sa fondation Umani, artisans de paix © Radio France - Thibaut Quilichini

Corse, France

Réveiller l'empathie et la fraternité enfouies en chaque personne

300 collégiens et 270 lycéens étaient invités tout au long de la journée de jeudi à débattre à l'espace Diamant. La violence connaît de multiples formes dans la société actuelle. Violence physique bien-sûr, mais aussi violence verbale, violence sur les réseaux sociaux et les jeux vidéo, et violence alimentaire avec la malbouffe. Le but de cette journée était d'éveiller les consciences et libérer la parole.

Apprendre le respect de soi et de l'autre 

La plupart n'avait jamais entendu le thème de non-violence. Désormais,  Serena et Cyprien élèves de 3ème aborderont peut-être les conflits d'une manière différente. "Le plus important que l'on peut retirer de cette journée, explique Serena,  c'est d'apprendre le respect de l'autre et de soi, et de ne pas agir par la violence. Il est essentiel de parler et de s'expliquer avant de se battre ou d'avoir recours à la violence

Serena et Cyprien élèves de 3ème

Libérer la parole 

Les élèves attentifs au discours de non-violence porté par Umani - Radio France
Les élèves attentifs au discours de non-violence porté par Umani © Radio France - Thibaut Quilichini

La violence physique, verbale, le harcèlement scolaire des sujets sensibles dont il est parfois difficile de parler à l'école. Ce genre de rencontre peut permettre de libérer la parole. Anghjula Folacci, professeur d'histoire géographie en est en tous cas persuadée. Il est aussi important, explique t'elle,  de montrer que la ressource est en chacun de nous. Le discours porté par Jean-François Bernardini et Umani touche les élèves, poursuit Anghjula Folacci, et permet ensuite aux professeurs de rebondir de manière implicite sur ce qu'il ont entendu et ressenti 

Anghjula Folacci, professeur d'histoire géographie

Les forces qui détruisent l'empathie sont extrêmement puissantes

Pour toucher le cœur des élèves Jean-François Bernardini n'hésite pas à parler d'histoires parfois dramatiques arrivées à des adolescents du même âge que ces collégiens. Le but est de semer dans le cœur de chacun de ces élèves la graine de paix pour la société de demain.
"Nous avons tous la capacité biologique de nous mettre à la place de l'autre, et de nous dire ne fais pas à l'autre ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse. La question est qu'aujourd'hui les forces qui détruisent l'empathie sont extrêmement puissantes . Il y a la malbouffe pour le corps, il y a la malbouffe pour l'esprit," conclu Jean-François Bernardini

Jean François Bernardini, le chanteur d'I Muvrini et porte parole de la fondation Umani

Depuis 2011, 350 conférences à travers toute la France ont été données par l'AFC Umani, toujours de manière bénévole. Jean François Bernadini reprendra dès lundi son bâton de pèlerin, et s'envolera pour de nouvelles rencontres, dans des lycées de la région lyonnaise..