Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une start-up de Vendargues construit des "tiny houses" pour des familles qui vivent en squat

-
Par , France Bleu Hérault

L'entreprise Les Frenchies, basée à Vendargues (Hérault), travaille sur la construction d'un village de "tiny houses". Installé dans la métropole lyonnaise, il logera seize familles monoparentales qui vivent aujourd'hui en squat. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

Le village sera composé de seize tiny houses.
Le village sera composé de seize tiny houses. - Les Frenchies

Implantée à Vendargues (Hérault), la start-up Les Frenchies conçoit et fabrique des tiny houses, des micro-maisons, depuis 2018. Elle travaille aujourd'hui sur la construction d'un véritable village qui verra le jour d'ici la fin du mois de mars 2021, dans la métropole de Lyon.

"La Métropole veut reloger seize familles monoparentales, avec des enfants de moins de trois ans, qui vivent actuellement en squat", explique Sylvain Fourel, PDG de Les Frenchies. Ces 16 petites maisons, construites en deux mois, seront installées sur un terrain, à quelques centaine de mètres du squat.

Sylvain Fourel, PDG de Les Frenchies, explique à quoi va ressembler ce petit village.

À l'intérieur de ces micro-maisons, sont aménagées une salle-de-bain, une kitchenette et une pièce avec deux lits superposés, quatre placards et deux petites tables. L'isolation est faite avec de la ouate de coton. Les matériaux sont français (bois des Cévennes, salles de bain fabriquée en Haute-Savoie, menuiserie française).

"Ces projets sont amenés à être récurrents car on a beaucoup de terrains délaissés qui pourraient être utilisés temporairement." -Sylvain Fourel, PDG de Les Frenchies.

"L'avantage des tiny houses, c'est qu'elles sont très mobiles, analyse l'entrepreneur de 47 ans. On peut les transporter facilement et donc libérer le terrain quelques années plus tard." Elles ne nécessitent pas de fondation ni de montage. "Et tout ça, à un prix assez faible, poursuit-il. Une maison de quatre personnes coûte 32.500 euros, sans compter l'aménagement."

Depuis deux ans, Les Frenchies est en lien avec une association qui accueille des SDF dans la métropole de Montpellier. "Il est prévu qu'on fasse aussi des choses du côté de Montpellier, d'ici l'été", indique Sylvain Fourel.

Interview avec Sylvain Fourel, PDG de la start-up Les Frenchies, basée à Vendargues

Choix de la station

À venir dansDanssecondess