Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La nouvelle version de "Notre Père" récitée dimanche dans l'église Saint-Romain de Rouen

samedi 2 décembre 2017 à 20:12 Par Victoria Koussa, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

C'est presque devenu machinal pour de nombreux fidèles. Il leur faudra désormais plus de concentration pendant la messe pour réciter le "Notre Père". Une nouveauté appliquée le jour de l'Avent jusque sur les bancs de l'église du centre-ville de Rouen qui change les habitudes des plus jeunes.

Des petites cartes de la nouvelle version sont distribuées aux fidèles des églises en France.
Des petites cartes de la nouvelle version sont distribuées aux fidèles des églises en France. © Radio France - Radio France

Rouen, France

Ils le récitent depuis qu'ils savent parler. C'est pour cela que la nouvelle version du "Notre Père" perturbe quelque peu les enfants de la paroisse de l'église Saint-Romain de Rouen. Désormais, la célèbre phrase "Ne nous soumets pas à la tentation" est remplacée par "ne nous laisse pas entrer en tentation". "C'est bizarre", affirme Nathan, "mais on va s'y habituer!", jure Mélanie, une petite fidèle venue décorer l'église pour les fêtes de fin d'année avec d'autres enfants du catéchisme. "C'est sûr, il y aura quelques cafouillages et ce dès la messe de l'Avent dimanche", promet le jeune curé, Jean-Baptiste Sèbe.

Une nouvelle version plus exacte

Depuis l'Araméen, la langue de Jésus, "on va de traduction en traduction" , jusqu'à perdre le sens originel du verbe grec dont est tiré la version restée inchangée depuis 1966 dans les églises de France d'après le prêtre rouennais. Pour lui, "il fallait lui redonner son sens originel car cela suggérait que c'était Dieu qui voulait tenter l'Homme, or Dieu est étranger au mal".

Sentiment partagé par Alice, une mère qui encadre des enfants du catéchisme. "C'est plus moderne, plus actuel, ce n'est plus le Dieu qui nous met à l'épreuve", précise la mère de cinq enfants. "Et puis surtout, ce changement nous permet de donner plus de sens à cette prière qu'on finissait par réciter machinalement".

ECOUTEZ - Reportage dans l'église Saint-Romain du centre-ville de Rouen.