Société

La nouvelle vie des maisons éclusières bretonnes

Par Lola Fourmy, France Bleu Armorique vendredi 8 août 2014 à 12:20 Mis à jour le vendredi 8 août 2014 à 15:44

Le canal
Le canal © Radio France - Lola Fourmy

Il y a un an la région Bretagne lançait un appel à projet pour redonner vie à 23 maisons éclusières. Depuis, quatre projets ont été lancés en Ille-et-Vilaine. Parmi eux, Ille-Flottante, des chambres d'hôtes installés sur l'eau, devant l'une des onze écluses d'Hédé près de Rennes.

Faire revivre les maisons éclusières de la Bretagne, c'est l'ambition lancée il y a un an par la région et qui commence à voir le jour. Pour dynamiser ces maisons installées au pied des écluses, la région a lancé un appel à projets. Et pour l'heure, il a été remporté par quatre idées novactrices en Ille-et-Vilaine. 

Parmi les gagnants : Catherine Saint-James, qui a installé à Hédé, face à la maison éclusière de la Petite Madeleine, un hébergement original : des maisons d'hôtes sur des bateaux. Appelée Ille-Flottante, en référence au canal de l'Ille-et-Rance. L'idée a déjà séduit.

hédé 2  - Radio France
hédé 2 © Radio France - Lola Fourmy

Maisons éclusières ENRO 1

Hédé 1 - Radio France
Hédé 1 © Radio France - Lola Fourmy

Avant de se lancer dans cette aventure, Catherine Saint-James travaillait dans le milieu de la culture. Cette Bretonne orginaire de Vannes tient d'ailleurs à conserver cet aspect dans son projet. Pour l'instant, avec la location d'un bateau, vous pouvez profiter de deux vélo, d'un kayak et le petit-déjeuner est compris (comptez 95 euros la nuit pour 2 ou 4 personnes). Catherine envisage éventuellement d'organiser des ateliers d'aquarelle ou des concerts. Guillaume Saint-James est lui musicien de jazz. Avec ce projet, c'est en fait toute la famille qui a changé de vie.

maisons éclussières ENRO 2

La famille a investi 70.000 euros pour remettre en l'état la maison éclusière, et surtout faire construire les bateaux chambres d'hôtes. A chaque étape, ils ont été accompagnés par la région. En contrepartie, les participants à ce projet doivent habiter dans la maison éclusière. Mais le loyer est modique (environ 2.000 euros par an pour une maison de 110m²), une manière d'attirer les volontaires et de redonner vie à ses maisons historiques et pleines de charme.

hédé 3  - Radio France
hédé 3 © Radio France - Lola Fourmy