Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La pérennité du CEA du Ripault à Monts plus que jamais conforté

mercredi 18 octobre 2017 à 17:48 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Le 11 septembre dernier, une lettre du ministère de la défense, confirme toute la place du site du Commissariat à l'Energie Atomique de Monts dans la dissuasion française. Une spécificité qui sera bientôt confirmée dans la loi de programmation militaire 2019-2025.

Le site du Ripault va développer le volet recherche civile de son activité
Le site du Ripault va développer le volet recherche civile de son activité © Maxppp - Patrice Deschamps

Le site du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) du Ripault de Monts (Indre-et-Loire), qui compte plus de 500 salariés, est plus que jamais conforté. C'est ce que précise le député En Marche d'Indre-et-Loire, Philippe Chalumeau, membre de la commission défense qui a rencontré ce mercredi le directeur des applications militaires François Geleznikoff. Il a obtenu du ministère de la défense, le 11 septembre dernier, une confirmation écrite de la place essentielle du site dans le développement du programme de dissuasion nucléaire français (sous-marins nucléaires notamment). Toute cela devrait être acté par la loi de programmation militaire 2019-2025 (sous réserve d'un vote au parlement qui parait fort probable). Cette lettre, très rassurante pour la poursuite d'activité du site, a d'ailleurs été transmise aux syndicats du CEA.

Encourager la recherche civile sur l'hydrogène

Par ailleurs, le CEA va aussi développer dans les années futures le volet "recherche civile" de son activité en nouant des partenariats pour développer ses savoir-faire, notamment les technologies de l'hydrogène (pile à combustible...). Il espère aussi décrocher le label pyrotechnie.

Fin août 2015, après des mois d'incertitude, le maintien du CEA du Ripault, avait été annoncé à l'issue d'une réunion en Préfecture par la ministre de la santé, Marisol Touraine.