Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La petite Lili toujours privée de sa maman en Afrique du Sud

vendredi 7 août 2015 à 17:30 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Depuis le départ (sur décision de justice) de Lili, trois ans, en Afrique du Sud, la maman n'a pu voir sa fille que très ponctuellement et sous surveillance. Les échanges vidéos sont avec elles sont déchirants. Hélène Catllar est à bout, elle en appelle au président de la République

La petite Lili
La petite Lili © Facebook

La maman de Lili et son comité de soutien de Font Romeuen appellent au président de la République pour faire respecter les décisions de justice.Lili c'est cette petite fille de 3 ans maintenant, née en Afrique du Sud, d'un père Sud-Africain et d'une mère française. Les parents se sont séparés lorsque l'enfant avait 6 mois et Lili est venue vivre à Font-Romeu avec sa maman. Le père a ensuite mené un combat acharné pour récupérer la garde de sa fille.

En février dernier, la justice française décidait que l'enfant devait repartir en Afrique du Sud, le père ayant pris l'engagement que la fillette pourrait y vivre avec sa maman, qu'il subviendrait à leur besoin.Mais depuis son retour en Afrique du Sud, le père ne respecte aucun engagement Hélène Catlla qui ne peut y aller que sous un visa touristique de trois mois maximum a fait un premier séjour de mars à juin. Elle n'a pu voir Lili que dans des conditions très particulières, sous surveillance du père ou d'assistantes sociales.

"Ça faisait 6 semaines et demi qu'on s'était pas vues, elle était très contente, tellement heureuse, mais la séparation a été un drame, elle s'est mise à taper son père, à hurler . J'ai découvert qu'elle ne parlait plus, elle ne parle plus du tout français, mais pas du tout anglais non plus. Elle est revenue à ses 16 mois. ce sont que des sons qui sortent de sa bouche . Elle comprenait ce que je disais, mais elle ne parle plus.J'ai vu Lili par skype poussant des cris car elle n'est pas comprise par son père, c'est dur car je me dis que je la vois 20 minutes mais qu'il y a 24 heures où elle n'est pas comprise. Elle souffre, je le vois. Quand elle pense que le skype est fini et qu'elle dit à son père qu'elle se cache, qu'elle est très triste et qu'elle veut sa maman, je vois bien qu'elle souffre"

Lili 2

Hélène Catlla est de nouveau en Afrique du Sud depuis la fin juillet et n'arrive toujours pas à voir son enfant dans les conditions qui avaient été précisées par la justice française. Le père a demandé un tas d'expertises qui sont en cours et en attendant le résultat de ces expertises, il fait durer en toute légalité. "Lili est partie en France avec une ordonnance française basée sur les plaidoiries du père pendant un an que Lili vivrait avec sa maman en Afrique du Sud et que le père subviendrait à mes besoins. le jour où je suis arriée en Afrique du Sud le 23 mars, je recevais un courrier pour me dire qu'aucune offre financière ne serait mise en place, que tout serait à ma charge, qu'aucun contact entre Lili et moi ne seraient accepté. Pourtant il n'y a aucune décision en France ou en Afrique du Sud qui me prive de mon enfant, aucun juge en Afrique du Sud n'a donné la garde de Lili à son père, ni n'a ordonné que les contacts avec mon enfant soient limités, restreints et sous supervision. Le problème c'est que le père a demandé des expertises et il nourrit les experts d'une multitudes d'allégations contre moi auxquelles je dois répondre... tout cela prend un temps fou et tant que les experts n'ont pas rendu leurs conclusions, rien ne peut être fait en Afrique du Sud"

Lili 1

Nous n'avons pas réussi à joindre le père de Lili ni ses avocats.Un courrier demandant à François Hollande, Christine Taubira ministre de la justice et Laurent Fabius ministre des affaires étrangères d'intervenir a été envoyé par le comité de soutien.

A lire aussi :

Une mère se met hors la loi pour protéger sa fille

La maman de Lili réclame une médiation familiale

La maman de la petite Lili mise en examen pour soustraction d'enfants

Michael Job : Ma fille Lili sera plus en sécurité en Afrique du Sud

Font-Romeu : la cour de cassation examine le recours de la maman de la petite Lili

Font-Romeu : la petite Lili repart en Afrique du Sud