Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La plaisance au ralenti à cause de la crise sanitaire,à Valenciennes le port enregistre une chute des passages

-
Par , France Bleu Nord

Voies navigables de France observe une reprise timide du tourisme fluvial depuis la réouverture du trafic le 29 mai. De nombreux plaisanciers belges et hollandais ont préféré rester chez eux cet été par crainte d'une deuxième vague de Covid.

Philippe Baton le capitaine du port de Valenciennes
Philippe Baton le capitaine du port de Valenciennes © Radio France - Rafaela Biry Vicente

"C'est pas du tout l'ambiance de l'année dernière, c'est triste", se désole Philippe Baton, le capitaine de Val Escaut, devant les pontons vides.  En 2019, le jeune port de plaisance avait enregistré une année record avec 314 passages, mais cette année à  fin juillet, le port n'a reçu que 27 bateaux depuis janvier contre 165 à la même époque en 2019. Et pourtant dès sa réouverture, il a proposé tous les services habituels, contrairement à d'autres structures.

Selon le capitaine, les plaisanciers essentiellement des Belges et Hollandais qui sont habitués à s'arrêter dans le Nord sur la route du sud sont restés chez eux cette année par peur d'être bloqués par une éventuelle deuxième vague de Covid. 

Un blocage loin du port d'attache qui peut vite chiffrer explique Philippe Baton qui en a fait les frais pendant le confinement, son bateau a été bloqué pendant 3 mois et demi à Mons en Belgique.

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Et les plus téméraires qui partent ne restent qu'une nuit au lieu de 2-3, voir une semaine en général.

Pour ne rien n'arranger, 2 écluses ont été fermées au début de l'été, et certains secteurs de la route des vacanciers commencent à manquer d'eau comme le canal Champagne-Bourgogne qui est fermé, et la Meuse qui est menacée de fermeture, de quoi refroidir encore un peu plus les plaisanciers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess