Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La police de Lens solidaire de Valentin atteint de leucémie

mercredi 4 juillet 2018 à 3:03 Par Claire Mesureur, France Bleu Nord et France Bleu

Quand la leucémie a été diagnostiquée, le monde s'est écroulé autour de Catherine, la maman de Valentin. Mais l'officier de police a pu compter sur le soutien de ses collègues du commissariat de Lens (Pas-de-Calais). Et même au-delà : les messages d'encouragement sont arrivés du monde entier !

Près d'un millier d'insignes et d'écussons pour Valentin, atteint par la leucémie
Près d'un millier d'insignes et d'écussons pour Valentin, atteint par la leucémie © Radio France - Claire Mesureur

Lens, France

La vie de Valentin et de sa famille a été profondément bouleversée depuis qu'il est atteint de la leucémie. Mais l'adolescent et ses proches reçoivent de nombreux soutiens et marques de solidarité, notamment de la part des policiers du commissariat de Lens (Pas-de-Calais).

La nouvelle est tombée comme un couperet au mois de septembre 2017 : Valentin, 14 ans, est atteint par la leucémie. "J'ai immédiatement fondu en larmes", se souvient Catherine, la maman de l'adolescent. Mais c'est son fils lui même qui lui remonte le moral : "T'inquiète pas maman, mourir ne fait pas partie de mes projets !" Alors la jeune femme décide de se battre aux côtés de Valentin. Mais le combat n'est pas simple, la jeune femme doit composer avec les contraintes professionnelles et ses obligations maternelles, elle tient à accompagner elle-même son fils lorsqu'il s'agit de le conduire aux séances de chimiothérapie.

Mes collègues ont été formidables et Valentin peut les remercier 

Alors très vite la vie s'organise au commissariat de Lens. Les fonctionnaires renoncent à certains de leurs jours de congés au profit de la jeune maman et sa hiérarchie joue le jeu en adaptant ses horaires, "c'était pas facile, se souvient Catherine avec émotion, quand on sait à quel point les effectifs sont tendus". 

Et la solidarité ne s'arrête pas là...

En décembre, l'officier de police est contrainte d'amener Valentin avec elle lorsqu'elle doit aller s'entraîner au tir.  D'autres fonctionnaires sont là, et notamment un démineur. "Il est venu me voir, raconte Valentin, et il a enlevé son écusson orange de la sécurité civile pour me le donner". C'est le début d'une collection qui le passionne : les écussons et autres insignes.

L'idée germe dans l'esprit des policiers lensois d'aider l'adolescent dans sa quête de la perle rare. C'est d'abord un message envoyé aux quelque 4.000 fonctionnaires du Pas-de-Calais. Et puis l'appel est relayé sur les réseaux sociaux. Et le résultat ne se fait pas attendre, en quelques semaines ce sont des centaines d'écussons, insignes et autres tee-shirts qui arrivent à Lens !

Il y a même l'insigne du SWAT américain !

Ce jour-là, dans le bureau du commissaire divisionnaire de Lens, les yeux de Valentin pétillent de malice ! "Y'en a même qui viennent de Nouvelle Zélande... et regardez celui-là, il est saoudien ! Mon cas est même connu au Moyen-Orient !" L'adolescent n'en revient pas.

Policiers, gendarmes, pompiers ou militaires du Monde entier ont joué le jeu - Radio France
Policiers, gendarmes, pompiers ou militaires du Monde entier ont joué le jeu © Radio France - Claire Mesureur

Le Directeur départemental de la sécurité publique du Pas-de-Calais a fait le déplacement en personne pour remettre ce cadeau d'anniversaire à l'adolescent qui ne trouve pas de mots pour le remercier. Dans le lot, une photo des hommes du Raid en tenue d'intervention et qui brandissent une pancarte d'encouragement pour Valentin.

Valentin va préparer un diplôme ABIBAC

Apparemment Valentin va mieux. Il est encore fragile et porte les stigmates de la maladie mais ses yeux sont pétillants et il parle de son avenir sans tabou. On aurait pu penser que l'adolescent s'orienterait vers la police, comme sa maman, "j'aimerais plutôt intégrer la magistrature".

Bien que déscolarisé depuis le mois de septembre, le collégien a suivi des cours à distance et a pu passer son brevet des collèges et intégrera l'année prochaine une seconde ABIBAC au lycée d'Hénin-Beaumont, une filière qui conduit à un double diplôme, la baccalauréat français et l'Abitur, son équivalent allemand.

Près de 1000 écussons pour Valentin