Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La police et la gendarmerie de Seine-Maritime prêtes pour les contrôles de la nuit de la Saint-Sylvestre

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Attention sur les routes le 31 décembre au soir. La police et la gendarmerie de Seine-Maritime seront fortement mobilisées, surtout pour faire respecter le couvre-feu entre 20 h et 6 h du matin. Des contrôles ont déjà lieu régulièrement.

La police multiplie les contrôles de respect du couvre-feu.
La police multiplie les contrôles de respect du couvre-feu. © Radio France - Thibault Lecoq

La nuit de la Saint-Sylvestre va être chargée pour les policiers et les gendarmes de Seine-Maritime. Dans toute la France, 100 000 forces de l'ordre seront mobilisées pour assurer la sécurité de ce réveillon. Cette année, ils devront aussi vérifier le bon respect du couvre-feu. De 20 h à 6 h du matin, il est interdit de circuler. 

En place dès 20 h

À 20 h précise, les policiers sont en place et bloquent  toutes les arrivées de ce rond-point entre l'avenue Jean Jaurès et la  rue Jacques Prévert au Petit-Quevilly. Les contrôles commencent pour tout le monde : les piétons, les scooters, mais surtout les voitures. "On procède à l'immobilisation du véhicule.  On leur demande de couper le contact et on leur demande s'ils ont une  attestation valide dans le cadre du couvre-feu", explique un  brigadier-chef.

Deux hommes arrivent justement dans une voiture et ils n'ont pas d'attestation. "Vous justifiez comment le fait d'être encore ici monsieur ?", demande le policier. "J'ai été voir une cousine à moi", répond le contrevenant. Pas suffisant pour se justifier. Parfois, les policiers acceptent de laisser passer les conducteurs s'ils ont une bonne excuse. "On a toujours une capacité de discernement", précise le brigadier-chef. En fonction de l'argument, la sanction tombera, ou pas. Pour ces deux hommes, ça sera 135 € d'amende chacun. 

Des contrôles bien acceptés

Juste derrière, Christine rentre du travail, avec une attestation. Comme la majorité des citoyens que voit la police rouennaise, elle accepte et comprend bien ces contrôles. "C'est justifié quand même avec tout le bazar qu'il y a, les gens qui font n'importe quoi... _C'est justifié_", assure-t-elle.

De 20 h, jusqu'à 6 h, les policiers contrôlent les passants. Ils ne restent pas au même endroit toute la soirée, ils changent de lieu. Ils font aussi des patrouilles dans les rues pour vérifier le respect du couvre-feu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess