Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - "La Police et la Justice aux mains du patriarcat" pour le collectif nîmois pour les droits des femmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce vendredi devant le Palais de justice de Nîmes pour dénoncer la nomination de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti au gouvernement. "Un mauvais signal envoyé à celles et ceux qui militent pour l'égalité homme-femme".

Une centaine de personnes rassemblées devant le Palais de justice ce vendredi soir
Une centaine de personnes rassemblées devant le Palais de justice ce vendredi soir © Radio France - Sylvie Duchesne

"Nous ne regrettons pas de ne plus être sifflées". La phrase est prononcée par l'une des membres du Collectif nîmois pour les droits des femmes à l'occasion du rassemblement organisé ce vendredi soir devant le Palais de justice de Nîmes. Une centaine de personnes étaient présentes. Dans leur collimateur : Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, nommés respectivement ministres de l'Intérieur et de la Justice dans le nouveau gouvernement de Jean Castex. Le premier est visé par une enquête pour viol. Le second avait critiqué par le passé le mouvement féministe Metoo. Un mauvais signal envoyé aux associations qui se battent pour la reconnaissance de l'égalité entre les femmes et les hommes estime le collectif. 

"Le message qui est donné, c'est vous pouvez toujours vous plaindre, toujours porter plainte, la parole peut se libérer, mais en fait, personne ne vous écoute" 

Pour les militants, la parole s'était libérée depuis "Metoo" sur les violences faites aux femmes. "On a passé un cap mais ça, le gouvernement il ne l'entend pas. La lutte contre les violences faîtes aux femmes avait pourtant été présentée comme la grande cause du quinquennat. Il y a un fossé entre les discours et les actes."  

Les féministes en colère
Les féministes en colère © Radio France - Sylvie Duchesne
Choix de la station

À venir dansDanssecondess