Société

La police municipale de Perpignan de plus en plus répressive : deux fois plus d'interpellations en 2015

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mardi 29 mars 2016 à 18:49

Police Municipale (illustration)
Police Municipale (illustration) © Maxppp - Maxppp

Le nombre d'interpellations effectués en 2015 par les policiers municipaux de Perpignan a doublé en un an. Une police dissuasive, mais aussi beaucoup plus répressive.

La police municipale de Perpignan n'est plus seulement dissuasive, elle est aussi répressive.

En 2015, le nombre d'interpellations effectuées par des agents de la police municipale a doublé : mille interpellations contre 500 en 2014.

Il faut dire que les effectifs sont là : 145 policiers d'ici la fin de l'année, c'est deux fois plus qu'il y a six ans. Les policiers interviennent sur les conflits de voisinage, le tapage nocturne, les affaires de stupéfiants  ou l'ivresse sur la voie publique.

"Les policiers ne sont plus seulement là pour réduire le sentiment d'insécurité."

"L'objectif est de sécuriser les rues de Perpignan, certes réduire le sentiment d'insécurité en étant présents sur le terrain mais aussi faire cesser l'insécurité. Je demande à mes policiers d'intervenir sur tout ce qu'ils constatent. S'ils constatent de l'ivresse sur la voie publique par exemple, ils appellent l'officier de police judiciaire, décrivent les faits et opèrent à l'interpellation s'ils obtiennent l'autorisation. C'est ensuite au procureur de décider des poursuites" explique Chantal Bruzi adjointe en charge de la sécurité.

Chantal Bruzi, adjointe en charge de la sécurité

Le maire de Perpignan demande que les policiers municipaux deviennent des officiers de police judiciaire pour gagner encore en efficacité. Il a écrit au ministre de l'Intérieur en ce sens, sans réponse.

Jean-Marc Pujol demande aussi que les policiers soient plus lourdement armés, avec des armes d'épaule pour faire face à d'éventuels terroristes.

Ce mercredi soir au conseil municipal dans le cadre du budget 2016, les élus voteront le recrutement de 20 policiers supplémentaires (ils seront 145 d'ici la fin de l'année) mais aussi l'installation de 15 nouvelles caméras de vidéo surveillance (elles seront au nombre de 211 fin 2017).