Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La police priée "d'éviter" d'intervenir pendant le ramadan dans le Calvados

La direction de la police du Calvados demande aux agents d'éviter d'intervenir dans les quartiers "à forte concentration de population suivant le ramadan". Une consigne qui fait débat.

Ecusson police nationale
Ecusson police nationale © Radio France -

C'est une note, envoyée par la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Calvados qui fait débat. Dans cette note, que Franceinfo a pu consulter, la direction de la police demande aux agents de "faire preuve de discernement" et d'éviter d'intervenir dans des quartiers "à forte concentration de population suivant le ramadan". La note évoque les cas de tapages ou de regroupement de personnes rassemblées après le coucher du soleil. 

"Sauf atteinte aux personnes ou atteinte grave aux biens, il faut éviter qu'un manquement aux règles de confinement ne dégénère et provoque un trouble supérieur de violences urbaines", précise cette note. 

Une initiative locale incompréhensible" 

Le courrier, adressé aux commissaires du département, a été envoyé hier, vendredi 24 avril, jour du début du mois de ramadan pour les musulmans de France. 

Contacté par l'AFP, l'entourage du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a évoqué "une initiative locale incompréhensible"

Une note "inadmissible" pour la secrétaire départementale du Calvados du syndicat Alliance Police Nationale Chedlia Saadaoui. "Cela nous a offusqué, c'est une note qui ne devrait pas avoir lieu d'être mais ça ne fait que renforcer notre sentiment qu'il y a peut-être une volonté, qui n'a pas été dite et répétée par le gouvernement, de laisser ces quartiers tranquilles."

Même sentiment pour son collègue Ruddy Sergent, secrétaire départemental du Calvados de SGP Unité Police. "On est dans une République où la loi est la même pour tout le monde. Tout rassemblement de quelque nature que ce soit est susceptible d'être contrôlé, en cas de débordement, d'émeute ou de non-respect de confinement de toute façon."

Ruddy Sergent souhaite que les consignes formulées soient adaptées, "pour que les principes de la République puissent être les mêmes pour tout le monde".

"Une surprise" pour un éducateur d'un quartier de Caen

"Voir paraître une note comme ça, c'est surprenant, réagit Jérôme Turge, éducateur à La Guérinière depuis 13 ans, un quartier populaire de Caen, ça me pose la question de savoir pourquoi maintenant. Je pense que si les policiers faisaient toujours très bien leur travail, il y en a qui le font très bien, d'autres ça peut poser question, je pense qu'il n'y aurait pas besoin de produire ce genre de note", avance celui qui est aussi délégué CGT à l'Association calvadosienne pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte.

Dans un communiqué commun diffusé vendredi 24 avril au soir, Nicolas Bay, eurodéputé RN normand et Emmanuel Norbert-Couade, délégué départemental du RN dans le Calvados, dénoncent un "événement grave et inacceptable" et parlent d'un "signe de faiblesse, voire un geste de soumission". 

"Il ne faut pas stigmatiser les musulmans parce que c'est la période du Ramadan", explique quant à lui le président du Conseil régional du culte musulman de Basse-Normandie Orhan Vural. "On demande à la police d'être un peu plus souple mais bien sûr il faut des contrôles, il faut respecter le confinement." Selon la préfecture du Calvados, les instructions du directeur départemental de la sécurité publique sont désormais retirées. Les contrôles se poursuivent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu